Accusé de soutenir l’idéologie du Front National dans son dernier ouvrage intitulé Hexagone, Lorànt Deutsch réfute pourtant tout éventuel lien entre son livre et le parti de Marine Le Pen.

©AFP

Il assure n’avoir aucune affinité avec le Front National. Alors que sort son dernier livre intitulé Hexagone, Lorànt Deutsch se retrouve sous le feu des critiques de plusieurs historiens qui lui reprochent notamment de reprendre certaines idées chères au parti d’extrême droite. Ainsi, lorsque l’auteur évoque la bataille de Poitiers, ses détracteurs y voient une idéologie "maurassienne". Selon eux, Lorànt Deutsch a placé d’un côté les bons, à savoir les rois, les cathédrales et les châteaux, et de l’autres les méchants en la personne des Sarrasins envahisseurs.

Invité dimanche soir sur le plateau de Laurent Ruquier dans "On n’est pas couché", l’auteur a réagi aux critiques dont il fait actuellement l’objet.  "Je n'ai écrit qu'une page sur la bataille de Poitiers et ils n'ont retenu que ça (...) Je ne suis pas d'extrême droite, je ne suis pas encarté politiquement, je suis juste un amoureux d'histoire", s'est-il en effet défendu avant d'ajouter : "Ce sont trois historiens encartés à l'extrême gauche qui veulent démolir mon travail !", faisant référence à William Blanc, Aurore Chéry et Christophe Naudin. Ces trois historiens sont en effet connus de Lorànt Deutsch et pour cause : ce sont également eux qui, en 2010, sont montés au créneau pour dénoncer son livre Métronome. Alors que la ville de Paris faisait la promotion de ce best-seller retraçant l’histoire des arrondissements de la capitale, ceux-ci reprochaient notamment à Lorànt Deutsch sa vision "historiquement correcte" des évènements.

Publicité
Eric Zemmour lui apporte son soutienL’auteur d’Hexagone peut par ailleurs compter sur le soutien d’Eric Zemmour qui, dans une chronique sur RTL, a ironisé en déclarant : "des historiens mettent au pilori le pauvre Lorànt Deutsch qui, dans son dernier livre, décrit la bataille de Poitiers en 732 avec des Sarrasins pilleurs et massacreurs (…) Il est bien connu que l’Islam a conquis alors la moitié de la planète en jetant des roses sur les populations énamourées".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité