Dominique Strauss-Kahn, qui a assigné Marcela Iacub en justice pour "atteinte à la vie privée" suite à la parution du livre choc Belle et Bête, s'est exprimé ce mardi devant le tribunal de Paris. L'homme, habituellement peu loquace, n'a pas caché son dégoût devant les micros des journalistes. 

"Beaucoup de gens s’expriment en mon nom, mais aujourd’hui ça va trop loin", a déclaré ce mardi l’ancien patron du FMI devant le tribunal de Paris. La mine défaite, il a ajouté :"je suis complètement dégouté par le caractère méprisable de ce texte". "Est ce qu'à aucun moment on m’a demandé si c'était vrai ou si c'était pas vrai ?" a-t-il lâché, en contenant sa colère.

Une liaison dont le seul but aurait été d’écrire un livre sur luiDominique Strauss-Kahn a assigné en référé Marcela Iacub et son éditeur Stock pour "atteinte à la vie privée" devant le tribunal de grande Instance de Paris. Cet ouvrage fait "fi de la dévastation de ma vie privée, de ma vie familiale, de la psychologie de mes enfants", a-t-il estimé devant la juge Anne-Marie Sauteraud. Belle et Bête est attendu en librairie mercredi, le Nouvel Observateur en avait publié quelques extraits en exclusivité la semaine dernière.

Publicité
Quelques jours avant de mettre un point final à son livre, l’auteure avait envoyé un mail personnel au compagnon d’Anne Sinclair où elle lui avouait : "il m'a fallu faire croire que j'étais éprise de toi". Marcela Iacub aurait été pendant plusieurs mois la maîtresse de ce dernier. Dans ce livre, où elle dépeint leur liaison, l’ex-patron du FMI est qualifié, entre autres, de "mi homme, mi cochon".

Le tribunal de grande instance de Paris devrait rendre sa décision ce mardi en début de soirée.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :