Depuis 20 ans, un fonds spécial dispose d’un budget destiné à indemniser les victimes d’attentats ou leurs proches. Retour sur les conditions d’obtention de cette indemnisation.

La secrétaire d'État à l'Aide aux victimes, Juliette Méadel, l’a annoncé samedi dernier : les victimes de l’attentat de Nice recevront leur indemnisation "dès la semaine prochaine". Cet argent provient du Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d'autres infractions (FGTI), créé en 1986. Il est alimenté grâce à "une contribution prélevée sur les contrats d’assurance de biens".

Toute personne touchée par un attentat est concernée : les victimes elles-mêmes, mais aussi leurs familles, même à l’étranger. Sont indemnisés les ressortissants français frappés dans un autre pays et les personnes touchées en France, quelle que soit leur nationalité. Les quelques 30 000 personnes présentes à Nice sur la promenade des Anglais, le 14 juillet, pourraient donc en bénéficier.

A lire aussi : Attentat à Nice : qui sont les victimes ?

Comment l’obtenir ?

Si l’on n’a pas été recensée comme victime part les secours ou les autorités mais qu’on s’estime touchée, il est nécessaire de leur présenter un dossier rassemblant des documents divers. Il faut attester le lien avec une victime, mais aussi apporter des preuves des dégâts physiques ou psychologiques (indemnisés avec équanimité) causés par les attentats. Selon le site du FGTI, une équipe dédiée est responsable des dossiers reliés à l'attaque du 14 juillet.

Publicité
Le Fonds se charge de payer les obsèques des morts sans avance nécessaire de la part des familles. Les frais médicaux et de déplacement, ainsi que d’autres préjudices éventuels comme la perte de revenus, sont également pris en charge par l’organisation. D’après Metronews, pour les indemnisations versées aux victimes des attentats du 13 novembre, on arriverait à une moyenne de 100 000 euros par dossier, pour environ 3000 cas.

Vidéo sur le même thème – Attentat à Nice : des associations facilitent la démarche d'indemnisation des victimes