Suite aux révélations du Point sur l'identité du père de sa fille, Rachida Dati a contre-attaqué via un communiqué. L'ex-Garde des Sceaux se dit "harcelée" et "outrée" par la presse.

Après les révélations du site LePoint.fr sur l'identité supposée du père de son enfant, Rachida Dati a publié un communiqué sur son profil Facebook. "Depuis 6h ce matin, je suis harcelée par des journalistes à propos de ma fille et de sa vie privée, à l'affût d'un ragot ou de détails inappropriés", écrit-elle.

Le site de l'hebdomadaire révélait mardi matin que l'ex-Garde des Sceaux a assigné Dominique Desseigne, le PDG du groupe de casinos et hôtels Lucien Barrière, devant un tribunal civil hors de Paris pour "reconnaissance de paternité". Une information confirmée par Dominique Desseigne lui-même au Point.fr. "Je n'ai aucun commentaire à faire, sinon la justice me le reprocherait", s'est-il contenté de préciser.

 "Je suis outrée par ces comportements"

Rachida Dati a démenti l'information auprès de l'agence de presse Sipa. "Je suis outrée par ces comportements qui m'ont obligée à ne pas scolariser ma fille aujourd'hui. De plus, je suis particulièrement déçue que des femmes journalistes se prêtent également à ces pratiques malsaines d'intrusion par la force dans la vie intime d'une petite fille de 3 ans et demi", a-telle aussi réagit.

L'ex-ministre de Nicolas Sarkozy dénonce ainsi "les attaques, polémiques, calomnies et tentatives répétées d'intrusions dans (sa) vie privée". "Jamais je n'ai cédé, jamais je n'ai réagi ou je ne me suis plainte. Aujourd'hui trop c'est trop, en tant que femme et en tant que maman, je demande pour ma fille, pour son équilibre, que tout cela cesse !", conclut-elle.

Publicité
Rachida Dati, actuelle maire UMP du 7e arrondissement de Paris, a toujours refusé de révéler le nom du père de sa fille Zohra, dont elle a accouché, le 2 janvier 2009, à la clinique de la Muette dans le 16e arrondissement de Paris.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité