L'exception française

Le temps qui passe depuis la manifestation du 11 janvier en France qui a fait suite à l’assassinat de l’équipe de Charlie Hebdo, malgré quelques dissonances qui sont apparues, a pleinement confirmé mon sentiment d’avoir vécu un exceptionnel moment d’universalisme, qu’on ne croyait même plus possible.

Ce dimanche soir 11 janvier de l’immense manifestation parisienne, mon fils m’a appelé de Los Angeles et m’a dit : "Aujourd’hui je suis fier d’être Français". Voilà des années qu’il vit aux Etats-Unis, tandis que mes deux autres fils vivent l’un à Hong Kong et l’autre à Pékin, et moi-même à Montréal. Tous trois ont un peu perdu espoir face à la crise européenne et notamment française. Mais il a ressenti à distance en regardant la télévision ce que j’ai vécu moi-même en marchant parmi ces milliers de manifestants, souvent en famille, mêlant les générations, de la République à la Nation : l’universalisme. Je suis Charlie, l am Charlie, Soy Charlie, Ich bin Charlie, Eu seu Charlie, Je suis musulman, Je suis juif, Je suis chrétien, Je suis policier ! Ecrits en arabe, en hébreu, en espagnol, en allemand autant qu’en français. Dans des centaines de villes françaises et d’autres pays, les manifestations se sont multipliées, lui donnant un écho planétaire, y compris dans ma ville de Montréal, bien sûr.

"Paris, capitale du monde" a déclaré à cette occasion le président François Hollande. Oui, ce fut ce jour-là la capitale du monde humaniste dont nous rêvons. Près de cinquante chefs d’Etat sont venus se joindre symboliquement aux manifestations. C’est bien cet universalisme que j’ai éprouvé avec émotion, au-delà de la diversité culturelle à laquelle nous sommes attachés, et qui nous faisait tous vibrer. Un sentiment fondateur pour le progrès de l’humanité auquel je veux encore croire, alors que des intellectuels brillants n’y voient plus qu’une incantation creuse, tandis que des imans, ici même au Québec comme ailleurs, déclarent publiquement que la démocratie est incompatible avec l’islam.

> Lire aussi : Marche républicaine à Paris : ce qu'il faut retenir de cette journée historique

Et je ne connais aucun pays au monde où cet universalisme aurait pu être célébré aussi puissamment. On le constate d’ailleurs aussitôt face aux réticences de tant de médias à reproduire la Une du numéro de Charlie Hebdo qui a suivi, et cela même en Grande-Bretagne, pays incontestablement démocratique. Voilà l’exception française, réaffirmée dans l’esprit de la Révolution française et de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Voilà le message que la France porte encore haut et fort, même et surtout dans l’adversité, en célébrant contre la barbarie la plus archaïque les valeurs de l’universalisme qui transcende et réunit les diversités humaines.

Voir vidéo dans le même thème : Un élan de solidarité internationale au coeur de Paris