En partance pour Bruxelles, Boris Boillon, l'ancien ambassadeur de France en Tunisie a été interpellé le 31 juillet dernier à la gare du Nord de Paris en possession de 350 000 euros et 40 000 dollars en liquide.

AFP

L’ex-ambassadeur de France à Tunis, Boris Boillon a été interpellé le 31 juillet à la gare du Nord avec 350 000 euros et 40 000 dollars en liquide sur lui, révèle Mediapart. Alors qu’il allait monter dans un train pour Bruxelles, les douaniers l’interpellent et procédent à un contrôle. Le sarkoboy (sobriquet dont il est affublé depuis sa proximité Nicolas Sarkozy) clame alors ne rien avoir à déclarer. Lors de la fouille, il n'a ni pièce d’identité ni téléphone portable sur lui mais "des enveloppes contenant des billets de banque de 500 euros".

Lors de son audition, Boris Boillon, a expliqué que ses sommes provenaient de ses activités professionnelles en Irak. Il a précisé, selon Mediapart, que ces prestations étaient rémunérées en liquide, du fait des carences du système bancaire irakien, et qu’elle devaient servier à créer une société en Belgique. 

Publicité
La loi interdit le transfert dans un autre pays de l'Union européenne de sommes supérieures à 10 000 euros sans déclaration préalable. "S’il avait été en règle, il serait reparti avec son argent sans problème, en vertu du principe de libre circulation des capitaux", commente Eric Beynel, douanier et porte-parole du syndicat Solidaires.

Après sa première audition gare du Nord, l’ancien ambassadeur devrait être entendu dans les locaux du service des douanes, pour fournir des explications plus détaillées.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité