Surfant sur la polémique des "sans dents", expression attribuée à François Hollande par Valérie Trierweiler et selon laquelle le président de la République désignerait les pauvres, la Générale d'optique a imaginée une nouvelle campagne publicitaire très inspirée.

"En France, il y a les sans-dents mais il y a aussi les sans lunettes". La Générale d'optique a visiblement été très inspirée par la polémique des "sans dents". L'enseigne d'optique a en effet publié ce samedi dans Libération un encart publicitaire directement inspiré du qualificatif attribué à François Hollande par Valérie Trierweiler dans son livre en forme de vengeance Merci pour ce moment, par lequel le président de la République désignerait avec ironie les pauvres.

"4 millions de Français n'ont pas les moyens de s'offrir la paire de lunettes dont ils ont besoin. Parce que bien voir est un droit pour tous, Générale d'Optique milite depuis plus de 20 ans pour que chacun puisse en bénéficier !" commente la marque sur son compte Twitter. S'inspirer de l'actualité pour faire passer avec humour un message, un procédé qui a déjà été utilisé par de nombreuses enseignes et qui fait mouche à chaque fois.

Publicité
On peut ainsi citer la campagne publicitaire de Sixt qui, au lendemain de la révélation de l'affaire Hollande-Gayet, avait sorti un très inspiré :"M. le président, la prochaine fois, évitez le scooter. Sixt loue des voitures avec vitres teintées". Be2 s'était lui fendu d'un "Chère Valérie, le changement c'est maintenant. Inscription gratuite sur le site de rencontre Be2.fr". Mais Nicolas Sarkozy en son temps, ou Carla Bruni avaient eux aussi eu droit à leurs petits clins d'oeil publicitaires. Des campagnes qui riment parfois aussi avec plusieurs milliers d'euros de dommages et intérêts.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité