L’Elysée a tenu à rendre hommage, via un communiqué, à l’astrophysicien français décédé dimanche. Seule ombre au tableau : deux grosses erreurs qui ne sont pas passées inaperçues.

L’astrophysicien français André Brahic est décédé dimanche à 73 ans des suites d’un cancer. L’homme, connu pour être le co-découvreur des anneaux de Neptune, a eu droit à un communiqué en forme d'hommage de la part de l’Elysée, rapporte le Lab d’Europe 1. Une belle intention, si seulement ledit communiqué ne comportait pas deux erreurs flagrantes.

En effet, dans son hommage, l’Elysée, citant la découverte majeure du scientifique, s'est trompé de planète : "Astrophysicien spécialiste de planétologie, il a découvert les anneaux de Saturne", explique le communiqué. Or, il s’agit en réalité des anneaux de Neptune. Il faut imputer la découverte de ceux de Saturne à Galilée, en 1610.

A lire aussi- Système solaire : Neptune et Pluton abriteraient deux planètes inconnues

Anneaux, arcs et patriotisme

Publicité
Une erreur majeure suivie d’une autre, plus pointilleuse. Selon l’Elysée, l’astrophysicien aurait appelé ces anneaux "Liberté, Égalité, Fraternité". Or, en réalité, ce sont les arcs composant le dernier anneau de Neptune qu’il a baptisés ainsi pour rendre hommage au bicentenaire de la Révolution française. Un quatrième arc a d’ailleurs été nommé "courage" par Cécile Ferrari, l’une des élèves du scientifique.        

Un second communiqué a été envoyé à 20h15 pour corriger ces méprises.

Vidéo sur le même thème : Possible existence d'une 9e planète dans le système so

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité