Un amendement adopté jeudi par le Sénat prévoit la disparition progressive des cabines téléphoniques. Ce que redoutent certains maires. 

Si de moins en moins de Français les utilisent, elles sont pourtant toujours là. Mais plus pour très longtemps. Le Sénat a adopté jeudi un amendement prévoyant la disparition progressive des cabines téléphoniques.

Une suppression qui s'explique en effet par leur utilisation de plus en plus rare. Selon le ministère de l'Economie, le taux d'utilisation actuel des cabines est de moins d'une minute par jour et par cabine, rapporte le site DirectMatin.fr. Ce démantèlement devrait permettre de financer le développement des réseaux 2G, 3G et 4G dans les villes françaises qui n'y ont pas encore accès.

Encore plus de 65 000 cabines 

Publicité
Il existe encore un peu plus de 65 000 cabines dans le pays, contre environ 300 000 dans les années 1990. Et des communes redoutent de les voir disparaître tout de suite. "En prévision des crues centennales, on vient de nous installer une sirène en haut du clocher, mais par contre, on nous enlève les cabines, qui sont les seules lignes à fonctionner en cas d'orage", s'inquiète Jean-Claude Rodriguez, maire de Brissac (Hérault), interrogé par francetvinfo. Une crainte qui disparaîtra une fois l'ensemble de l'Hexagone bien couvert par les nouveaux réseaux. 

En vidéo sur le même thème : La fin des cabines téléphoniques

 

Publicité
Publicité