Condamnés il y a quelques semaines par la justice à fermer leurs portes le dimanche, les enseignes Leroy Merlin et Castorama pourront rouvrir leurs magasins en Ile-de-France, a décidé ce mardi la Cour d’appel de Paris.

© AFP

Voilà de quoi relancer le débat sur le travail dominical. La Cour d’appel de Paris vient d’autoriser ce mardi les enseignes Leroy Merlin et Castorama situées en région parisienne à rouvrir leurs portes le dimanche. Les magasins de bricolage avaient été condamnés le 26 septembre dernier par le tribunal de commerce de Bobigny à fermer quinze de leurs boutiques franciliennes, après une plainte de Bricorama qui, n’ayant pas obtenu de dérogation pour ouvrir le dimanche, s’estimait lésé.

Une décision « totalement incompréhensible »Les salariés de Leroy Merlin et Castorama avaient alors menés des actions de protestation et un groupe de réflexion avait été mis en place par Matignon pour réfléchir à une réforme de la législation sur le travail dominical. Les enseignes rouvriront donc leurs portes dès ce dimanche. Une décision « totalement incompréhensible » pour Jean-Claude Bourrelier, PDG de Bricorama, qui a également été condamné à verser 12 000 euros de dommages et intérêts à chacun de ses concurrents. « Il s'agit d'une décision d'injustice. Une fois de plus ce sont les puissants qui dictent leur loi » a-t-il estimé.

Publicité
Vers une réforme de la législation ?Tous s’accordent néanmoins à dire que la seule manière de clore le conflit serait qu’une loi vienne préciser définitivement qui est autorisé ou non à travailler le dimanche. Jean-Claude Bailly, ancien PDG de La Poste, à qui Jean-Marc Ayrault a confié une mission de concertation sur la question du travail dominical début octobre, doit rendre ses conclusions fin novembre.

Publicité