Jeudi, l’économiste a refusé sa nomination à la Légion d’honneur et taclé au passage l'action du gouvernement.

Il n’en veut pas. Alors que le gouvernement souhaitait lui remettre la Légion d’honneur, Thomas Piketty a tout bonnement refusé. Jeudi, l’économiste a en effet annoncé qu’il ne souhaitait pas recevoir cette distinction. "Je viens d’apprendre que j’étais proposé pour la Légion d’honneur. Je refuse cette nomination car je ne pense pas que ce soit le rôle d’un gouvernement de décider qui est honorable", a-t-il en effet fait valoir. Et celui-ci d’en profiter pour lancer une pique à la majorité : "Ils feraient bien de se consacrer à la relance de la croissance en France et en Europe".

Le nom de Thomas Piketty avait été proposé par Geneviève Fiorasa, la secrétaire d’Etat chargée de l’Enseignement supérieur et de la recherche et, visiblement, l’économise l’ignorait. "Personne ne m'avait prévenu de cette nomination, sinon, je les en aurai immédiatement dissuadé", a-t-il assuré.

En 2012, il soutenait pourtant François HollandeEt si Thomas Piketty n’est pas la première personne qui refuse la légion d’honneur, sa décision, et surtout les raisons qui l’ont motivée, sont en revanche surprenantes au regard de son vote en 2012. Lors de la dernière élection présidentielle, l’auteur du Capital du XXIe siècle avait en effet fait savoir qu’il soutenait François Hollande. Ses idées, notamment celles relatives aux questions fiscales avaient même été utilisées par le Parti socialiste dans le programme de son candidat.

Publicité
"J’ai trouvé cela médiocre"Plusieurs voix se sont toutefois élevées dans la classe politique pour soutenir la décision de Thomas Piketty. Sur Twitter, Florian Philippot, le vice-président du Front National a ainsi salué un refus "très sain et authentiquement républicain", tandis que le député PS Christian Paul a estimé que "le meilleur hommage" à lui rendre consistait à "s’en inspirer pour une réforme enfin structurelle, celle de la fiscalité française". Invité jeudi soir du Club de la presse d’Europe 1, l’économiste Elie Cohen a quant à lui regretté la manière dont Thomas Piketty a manifesté son choix. "Il a fait briller les couleurs françaises aux quatre coins du monde. Cela lui crée des responsabilités particulières. Il aurait pu la refuser par principe, mais la refuser en faisant une critique de l’action du gouvernement, j’ai trouvé cela médiocre", a-t-il expliqué.

Vidéo sur le même thème : Le grand chancellier de la Légion d'honneur exprime son regret au sujet de Piketty

Publicité
Publicité