De nombreuses idées reçues circulent les serial killer. Planet a cherché à savoir s'ils partageaient des traits communs.

Drogués au pouvoir, manipulateurs, égocentriques... Ces nombreuses caractéristiques sont souvent assimilées au profil du tueur en série. Comme l'expliquait le docteur Elizabeth Yardley, la directrice du centre de criminologie appliquée à l'université de Birmingham, a Atlantico : "aucun tueur en série ne ressemble à un autre", mais ils possèdent des traits et des pulsions similaires.

Quelques généralités se dégagent de chacun de leurs profils

Pour la revue Real Crime, la chercheuse a mené l'enquête avec une équipe de scientifiques. Il s'avère comme elle l'explique, que très souvent, les tueurs en série sont drogués au pouvoir, manipulateurs, égocentriques et même charmeurs, tout du moins en apparence. Dans sa thèse, le docteur Elizabeth Yardley indique également : "Les tueurs en série ont une réelle affinité avec le pouvoir". 

Certains serial killer sont aussi animé par des idées fixe, comme Michel Fourniret. Le violeur et tueur en série Français, était "obnubilé par le fantasme de la virginité chez ses victimes", selon l’expertise psychiatrique, a expliqué Roland Coutanceau dans son ouvrage "Les blessures de l’intimité". Une des caractéristiques qui revient souvent chez ces criminels est la pulsion sexuelle. Emile Louis, dit "le boucher de l’Yonne", qui faisait partie des tueurs en série Français, se trouvait par exemple en proie à des pulsions sexuelles violentes et avait une "véritable jouissance à établir une domination sur l'autre", comme l'expliquait un psychologue en 2006, précise le Parisien. 

A lire aussi Millionnaire, flambeur au casino… l’étrange profil du tueur de Las Vegas

Et la responsabilité pénale ?

Certains sérial killer sont également atteints de troubles mentaux très sévères et cela peut avoir un impact sur la façon dont ils seront jugés. Le docteur Daniel Zagury a expliqué, dans une interview accordée à Allodocteur, : "En France, pour être declaré pénalement irresponsable, il faut qu'après expertise psychiatrique, le sujet soit declaré comme ayant une maladie mentale grave (comme la psychose). Ensuite, il faut que sur le plan medico-légal, soit prouvé le lien direct entre sa maladie et les actes qu'il a commis". 

Pour réussir à attraper plus rapidement les tueurs en série, le FBI a inventé, en 1985, le National Center for the Analysis of Violent Crimes (NCAVC). Ce centre national dispose d'un programme intitulé le VICAP, Violent Criminal Apprehension Program. Il permet de collecter les données sur les crimes violents, et de faire ainsi un rapprochement entre des présumés tueurs et des crimes non élucidés, indique le site Violence.Tripod.

Publicité
Pour l'anecdote, le site Tueursensérie.org s'est amusé à recenser où sont établis les tueurs en série. Et il s'avère que les Etats-Unis abritent 80% de tueurs en série, contre 13% sur le territoire Français. 

En vidéo sur le même thème : Meurtre de Lucile Klobut : Un présumé tueur en série arrêté