Ce mardi 12 août, le violeur multirécidiviste a été mis en examen à Nîmes (Gard) pour des faits qui se sont déroulés dimanche à la station balnéaire du Grau-du-Roi.

Il avait été condamné à deux reprises en 1983 et 1992 pour des agressions sexuelles et des viols. Mardi 12 août, Luc Tangorre, a été mis en examen pour avoir agressé une mineure de 12 ans au Grau-du-Roi, dans le Gard. Âgé de 55 ans, l’homme avait été au centre de deux dossiers très médiatiques dans les années 80.

Selon les informations du Midi Libre confirmées par le parquet, le suspect placé en garde à vue dimanche 10 août nie farouchement les faits. La procureure de Nîmes Laure Beccuau, qui a requis son placement en détention, a indiqué que Luc Tangorre reste libre mais sous contrôle judiciaire.

Les faits se seraient déroulés dimanche aux alentours de 16h30 au Grau du Roi (Gard). La victime, une fillette de 12 ans, se trouvait alors sur une aire de jeux de la station balnéaire. Durant la prolongation de sa garde à vue, le parquet a par ailleurs demandé une expertise psychiatrique.

Condamné pour des faits similaires à plusieurs reprises

En 1983, Luc Tangorre avait été condamné à quinze ans de réclusion criminelle pour quatre viols, une tentative et six attentats à la pudeur commis à Marseille entre les années 1979 et 1981. L’homme avait bénéficié du soutien d’une partie de la presse et d’un comité de soutien particulièrement mobilisé qui avait réussi à obtenir la grâce partielle du président de la République, François Mitterand.

Publicité
Jean-Luc Tangorre avait entrepris à l’époque une grève de la faim justifiée par des erreurs dans la procédure et le manque de preuves. Il avait été remis en liberté en 1988. La même année, il avait été une nouvelle fois interpellé en octobre dans l’affaire du viol de deux étudiantes américaines survenu en mai dans la région de Nîmes. Luc Tangorre avait été condamné en 1992 à 18 ans de réclusion mais avait retrouvé la liberté en 2000.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :