Le siège du journal Charlie Hebdo situé boulevard Richard-Lenoir à Paris a été attaqué par des hommes armés ce mercredi 7 janvier vers 11h30. Une trentaine de coups de feu ont été tirés faisant 12 morts. La police a mis en place un appel à témoins au numéro vert 08 05 02 17 17. 

Le siège du journal Charlie Hebdo a été victime d'une attaque ce mercredi 7 janvier vers 11h30. Des hommes armés sont entrés dans le bâtiment, situé dans le 11e arrondissement de Paris, avant de tirer une trentaine de coups de feu à l'aide de deux kalachnikov et d'un lance-roquettes.

Martin Boudot, un journaliste de l'agence Premières Lignes, a filmé la scène depuis un immeuble proche des lieux du drame. On y entend les coups de feu et un homme crier "Allahou Akbar". On aperçoit également les silhouettes de deux hommes en noir en train de tirer (voir la vidéo ci-dessus). Selon d'autres témoins, l'un des tireurs aurait crié : "On a vengé le prophète Mohammet ! On a tué Charlie Hebdo !". 

0h45 : L'intervention du Raid à Reims était une fouille visant à relever des empreintes ADN selon iTélé, et non un assaut. 

 

0h30 : Le Raid a quitté l'immeuble où il intervenait. 

 

23h10 : Les suspects ont été localisés à Reims. Un assaut mené par le RAID est en cours. 

22h30 : François Hollande recevra également Marine Le Pen, François Bayrou et Jean-Luc Mélenchon ce vendredi à l'Elysée. 

22h : L'Elysée annonce que Nicolas Sarkozy sera reçu demain matin par François Hollande à 9h30. 

21h50 : Philippe Honoré fait partie des 12 victimes de la tuerie, il est le cinquième dessinateur décédé suite à l'attaque de ce matin selon les informations Patrick Pelloux, un chroniqueur de Charlie Hebdo. 

Il est l'auteur de ce dessin (voir ci-dessous), tweeté quelques minutes à peine avant le drame.

 

21h : Selon Le Point, les suspects auraient été identifiés par la police qui a retrouvé une carte d'identité dans la voiture abandonnée des terroristes. Deux d'entre eux seraient des frères franco-algériens de 32 et 34 ans originaires de Pantin, Saïd et Cherif K. L'un deux avait été interpellé en 2005 alors qu'il partait pour la Syrie. Il avait également été jugé en 2008 lors du démantèlement de la filière irakienne dite du "19ème arrondissement".

Le troisième homme, qui conduisait le véhicule, Amid M, serait un jeune SDF de 18 ans.

19h30 : Nicolas Sarkozy a accepté la proposition de Manuel Valls de participer à la marche républicaine organisée ce samedi 10 janvier par la gauche. 

"Le Premier ministre Manuel Valls a appelé le président Sarkozy. L'idée était d'étudier la participation de l'UMP lors d'une manifestation. Le président de l'UMP y est favorable à condition que ce soit digne, recueilli et ferme", a indiqué Frédéric Péchenard, directeur général de l'UMP, à l'AFP. 

18h15 : Lors d'une conférence de presse, François Molins, le procureur de Paris a détaillé le récit de l'attaque terroriste de ce matin sans pour autant donner plus de renseignements sur l'enquête en cours. 

Selon lui, deux individus sont entrés dans les bureaux de Charlie Hebdo, en demandant à deux agents de maintenance où se trouvait l'entrée. Il ont tué l'un d'eux avant de se rendre dans la salle où se déroulait la conférence de rédaction. 

"Dans la salle de rédaction, les deux individus ont ouvert le feu en rafale, tuant 10 personnes, parmi lesquelles 8 journalistes, un policier et un invité. Selon un témoin, les tireurs criaient 'Allahou Akbar !'" a déclaré François Molins. 

"Les autopsies sont programmées pour demain matin. Outre les 12 personnes assassinées, 11 blessées ont été recensés, dont 4 dans un état grave." a-t-il ajouté. 

Si deux personnes ont ouvert le feu dans les locaux du journal, le procureur de la République affirme qu'un automobiliste ayant croisé les terroristes affirme avoir vu trois personnes. 

18h : Le Parti socialiste (PS), le parti communiste (PCF), Europe Ecologie-Les Verts (EELV) et le Mouvement républicain et citoyen (MRC) appellent à une "marche républicaine" samedi à 15h à Paris. 

17h40 : L'une des 12 victimes de l'attentat est Michel Renaud, président fondateur du Rendez-vous du carnet de voyage clermontois. 

17h00 : De nombreuses personnes sont présentes sur la place de la République à Paris en hommage aux victimes de l'attaque. 

 

> La liste des rassemblements prévus en hommage aux victimes 

16h45 : Le procureur de Paris donnera une conférence de presse à 17h45 pour donner des détails sur l'avacée de l'enquête. 

 

16h40 : L'Elysée a publié une photo de la mise en berne des drapeaux.

 

16h15 :  "Ils ont forcément reçu une formation type militaire. Ce ne sont pas des illuminés qui ont agi sur un coup de tête" a déclaré un policier au Figaro après avoir visionné les images de l'attentat prises par les témoins. 

"Le plus frappant, c'est leur sang-froid. Ils ont été entraînés en Syrie, en Irak ou ailleurs, peut-être même en France, mais ce qui est sûr c'est qu'ils ont été entraînés" précise un autre policier. 

15h50 : "La France a été touchée dans son coeur. Chaque Français aujourd'hui est touché, horrifié" a décalré manuel Valls lors de sa visite au commissariat du XIe arrondissement de Paris.

15h15 : Bernard Cazeneuve confirme le bilan de l'attaque : "12 disparus, 8 blessés dont 4 en situation d'urgence absolue".

 Le ministre de l'Intérieur évoque également "trois criminels" et non pas deux. 

15h05 : La police judiciaire lance un appel à témoins et a mis en place un numéro vert le 08.05.02.17.17 

14h55 : Bernard Maris, économiste, actionnaire de Charlie Hebdo et chroniqueur de France Inter, est également décédé dans l'attaque.

14h50 : La Brigade Régionale d'Intervention a été déployé en Seine-Saint-Denis afin de trouver les terroristes toujours en fuite. 

Selon un policier du syndicat Alliance cité par Le Figaro Les tireurs se seraient trompés d'adresse, se rendant d'abord au 6 rue Nicolas Appert, où on leur aurait dit que le siège de Charlie Hebdo était au 10. 

"L'un de mes deux collègues décédés était là pour protéger le dessinateur Charb. Il n'a rien eu le temps de faire." a-t-il déclaré. 

14h50 : L'Elysée a tweeté une photo de la réunion interministérielle autour de François Hollande suite à l'attentat. Le président de la République s'exprimera ce soir en direct à 20 heures.

 

 14h50 : Nicolas Sarkozy s'est exprimé sur le drame. "Notre démocratie est attaquée nous devons la défendre sans faiblesse" a-t-il déclaré dans son allocution. 

14h30 : La voiture abandonnée des terroristes a été retrouvée par la police dans le XIXe arrondissement de Paris, rue de Meaux, près de la Porte de Pantin.  

14h17 : Témoin de l'attaque, la dessinatrice "Coco" s'est confiée à L'Humanité : "J’étais allée chercher ma fille à la garderie, en arrivant devant la porte de l’immeuble du journal deux hommes cagoulés et armés nous ont brutalement menacées. Ils voulaient entrer, monter. J’ai tapé le code. Ils ont tiré sur Wolinski, Cabu. Ça a duré cinq minutes… Je m’étais réfugiée sous un bureau… Ils parlaient parfaitement le français… Se revendiquaient d’Al Qaïda".

14h : Le plan vigipirate a été relevé au niveau "alerte attentat", le niveau le plus élevé, dans toute l'Ile-de-France.

13h40 : Les dessinateurs Cabu, Charb, Tignous et Wolinski sont décédés dans la fusillade. 

> Planet.fr revient sur la carrière de ces dessinateurs.

13h20 : iTélé affirme que l'attaque a fait 12 morts dont deux policiers.

12h40 : François Hollande, qui s'est rendu sur place, a indiqué que le journal était "déjà protégé" avant l'attaque sans préciser quel dispositif avait été mis en place. Par ailleurs, il a précisé qu'il s'agissait bien d'un "acte terroriste".

20 Minutes, qui a pu entrer en contact téléphonique avec un témoin aurait réussi à receuillir la déclaration suivante : "C'est un véritable massacre. Il y a des morts". 

Les deux hommes ont ensuite braqué un véhicule à porte de Pantin avant de renverser un piéton.

Le plan Vigipirate a été relevé au niveau "alerte attentats", le plus haut niveau dans toute l'Ile-de-France.  

Publicité
Sur Twitter, un journaliste de 20 Minutes a posté une photo d'une voiture de police présente sur les lieux, criblée d'impacts de balles avec le message : "Voiture de police cible tirs bvd richard Lenoir".  

"Policiers parlent d'une "boucherie", "carnage" " précise-t-il dans un autre tweet. 

 L'OBS a publié une photo des deux tireurs sur Twitter. 

Le service photo de l'AFP a de son côté publié une photo de Christiane Taubira arrivant sur les lieux du drame. Son visage traduit l'horreur de la scène. 

 

En vidéo ci-dessous : Jean-Pierre Pernaut au bord des larmes à la fin du JT de 13 heures ce mardi 7 janvier 

mots-clés : Charlie hebdo, Fusillade
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité