Le patron de Nigloland aurait frappé un journaliste du journal l’Est-Eclair à Troyes (Aube) mardi. Ce dernier avait publié un article mentionnant des rumeurs d’attentat dans le parc d’attractions.

Furieux après un article écrit mardi dans L’Est-Eclair, qui mentionnait des rumeurs d’attentat à Nigloland, le patron du parc d’attractions situé à Dolancourt (Aube) en est venu aux mains avec un journaliste, raconte des témoins de la rédaction. Comme l’explique le journal, Philippe Gélis voulait absolument que l’article disparaisse du moteur de recherche Google.

A lire aussi - Corse : agression de deux journalistes de France 3

Il aurait frappé au visage le journaliste

Tout a commencé vers 16 heures mardi, lorsque Philippe Gélis a contacté par téléphone un journaliste. Réclamant la suppression de l’article, l’homme a haussé le ton en assurant qu’il en viendrait aux mains s’il n’obtenait pas ce qu’il souhaite. Dans la rédaction, personne n’a vraiment pris au sérieux ses menaces. D’ailleurs, "l’article en question consistait justement à démentir cette rumeur d’attentat", a indiqué le rédacteur en chef.

Sauf que, une heure plus tard, Philippe Gélis s’est pointé au siège de l’Est-Eclair avec deux individus costauds. Ils auraient forcé les portes. "J’ai vu entrer trois hommes qui ont fait le tour de la rédaction. Ils cherchaient l’un de nos confrères", raconte l’un des journalistes, témoin de la scène. "Nous n’avons pas eu le temps de réagir. Il a pris l’ordinateur qui se trouvait sur le bureau de notre confrère et l’a jeté par terre. Ensuite, il l’a attrapé par la chemise", poursuit-il.

Dans une scène ahurissante, et après avoir frappé le journaliste au visage selon les témoins, le patron de Nigloland aurait lâché : "Soyez raisonnables, les gars. Vous êtes des fouteurs de m…, vous êtes des terroristes. Soyez raisonnables". A 17h08, les policiers sont intervenus. Philippe Gélis, ainsi que ses deux "gardes du corps", ont été placés en garde à vue.

Le parc a accueilli 550 000 visiteurs en 2015

Publicité
Le directeur général de l’Est-Eclair, Jean-René Loré, a indiqué ce mercredi vouloir "donner à cette agression les suites judiciaires qui s'imposent". Mercredi matin, le parquet de Troyes a indiqué que Philippe Gélis sera mis en examen dans la journée pour violences avec préméditation et placé sous contrôle judiciaire.

Un procès devrait avoir lieu en janvier. Selon le parquet, le suspect a déclaré en garde à vue de ne pas avoir donné un coup de poing au journaliste, mais seulement l’avoir secoué.

Situé à 50 kilomètres de Troyes, le parc de Nigloland a accueilli 550 000 visiteurs en 2015, comme le souligne Le Parisien.

Vidéo sur le même thème : Le sud de la France, nouvel Eldorado des parcs d’attraction

Publicité