Le procès en appel du faux chauffeur de taxi Bruno Cholet s’ouvre ce mardi à Melun. L’homme avait été condamné en 2008 pour le meurtre d’une jeune Suédoise.

Le faux chauffeur de taxi, Bruno Cholet, avait été condamné en première instance pour le meurtre d’une jeune suédoise en 2008 à Paris. Le délinquant multirécidiviste est rejugé à partir de ce mardi 13 mai à Melun par la cour d’assises d’appel de Seine-et-Marne.

La Cour d’Assises de Paris a condamné Bruno Cholet en septembre 2012 à la peine maximale, assortie d'une période de sûreté de 22 ans. Il avait été reconnu coupable en première instance de l'enlèvement, la séquestration et du meurtre de Susanna Zetterberg, une jeune Suédoise de 19 ans. L’homme, déjà condamné pour des violences et trois viols, nie toujours les faits.

"Le chauffeur n’a pas l’air net"

Le 20 avril 2008 Susanna Zetterberg était retrouvée morte près de la forêt de Chantilly, dans l’Oise, les mains menottées dans le dos, quatre balles dans la tête et une plaie à l'arme blanche au thorax. Le corps ayant été en partie carbonisé, les inspecteurs n’avaient pas pu déterminer si la jeune suédoise avait subi des violences sexuelles.

Après une soirée en boite de nuit, la jeune étudiante étrangère installée à Paris était rentrée seule avec un taxi clandestin. Au cours du trajet qui devait la conduire à son logement dans le XVIIIe arrondissement, la jeune femme a envoyé un message à une amie : "le chauffeur n'a pas l'air net".Le faux taxi, multirécidiviste, a été interpellé quelques jours plus tard, confondu par des témoignages et grâce au fichier des personnes condamnées pour exercice illégal de l'activité de taxi. Pourtant, Bruno Cholet a toujours clamé son innocence : "je n'ai jamais croisé votre fille et je ne l'ai pas tuée" a-t-il déclaré aux parents de la victime lors du premier procès.

Des faits accablants

Au cours des investigations, les policiers ont retrouvés un sac plastique sur lequel est inscrit au feutre "Susanna 377", contenant un pistolet de calibre 22, des cartouches, des gants en latex et des menottes. Après analyse, les inspecteurs ont découvert sur l’arme des traces d'ADN correspondant à la victime et à l'accusé. En outre, la carte bancaire de la défunte a été utilisée à un distributeur équipé d’une caméra de vidéosurveillance, une heure après sa mort. L'homme que l'on y voit retirer de l'argent a la même corpulence que Bruno Cholet.

Le faux taxi se dit victime d’un complot

Publicité
Bruno Cholet continue de nier les faits. Selon lui, les policiers auraient fabriqué des preuves contre lui et les auraient placées dans sa voiture. La famille Zetterberg dit ne pas attendre de nouvelles réponses de ce jugement. Le verdict est attendu le 23 mai

Vidéo sur le même thème : justice - Le procès Pistorius a repris

 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité