Le procès d’un homme soupçonné d’avoir envoyé des lettres de menaces de mort à plusieurs personnalités dont l’ancien chef de l’Etat s’ouvre ce lundi à Paris.

Le "corbeau" devant les juges. Soupçonné d’avoir envoyé des lettres de menaces de morts à des personnalités, Thierry Jérôme,  un homme âgé d’une cinquantaine d’années comparaît ce lundi devant le tribunal correctionnel de Paris. Et alors que certains des courriers contenaient des munitions, Nicolas Sarkozy figure parmi les victimes de ces lettres malveillantes. Les anciennes ministres Rachida Dati, Christine Albanel et Michèle Alliot-Marie, ainsi que le sénateur-maire UMP de Béziers, Raymond Couderc ont également reçu ces missives. Des médias comme TF1, France Télévisions ou l'AFP avaient, eux aussi, été visés par ces colis signés "cellule 34" et accompagnés d'une balle de 9 mm.

Une psychose délirante

Publicité
L’auteur présumé de ces lettres de menaces a finalement été confondu par son ADN. Interpellé le 20 septembre dernier, l’accusé a d’abord été placé en détention provisoire avant de faire l’objet d’un contrôle judiciaire. France Info a par ailleurs précisé que le suspect a reconnu avoir physiquement écrit ses lettres, mais pas psychiquement. En première instance, les experts avaient estimé que l’accusé souffrait d’une psychose délirante. Un contre-rapport avait ensuite décidé que malgré cette maladie il pourrait quand même être jugé. Lors du procès, son avocat avait toutefois invoqué les "troubles psychologiques graves" de son client au moment des faits.

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité