Depuis quelques jours les habitudes alimentaires des Vietnamiens font scandales en Occident. Et pour cause, après la viande de chien, c'est au tour de la viande de chat d'agrémenter les plats des fins gourmets du pays.

Les animaux domestiques ont la cote... dans les assiettes des nos voisins asiatiques ! Si pour nous, Occidentaux, manger nos compagnons à quatre pattes est impensable, à l'autre bout du monde la chose est vue bien différemment. "Beaucoup de gens mangent de la viande de chat. C'est nouveau, ils veulent essayer", a déclaré un certain To Van Dung, gérant d'un établissement de Hanoï (Vietnam) qui en propose à son menu, a rapporté l'AFP. En effet, après la viande de chien, la chaire du félin tendrait à être de plus en plus appréciée encore par les fins gourmets Vietnamiens.

Officiellement, la viande de chat est illégale au Vietnam. Les autortités locales souhaitent préserver les félins car ils font d'utiles chasseurs de rats. Mais frits, à l'aïl, rôtis ou bouillis, peu importe le prix, certains n'y résistent pas pensant que "manger du chat au début du mois lunaire porte chance", a expliqué le gérant.

 

L'Histoire du pays en causeSi la viande de chat reste toutefois moins consommée que celle de chien, elle serait autrement plus appréciée par les locaux. En effet, apparemment plus tendre, elle accompagnerait "bien" les apéritifs et la bière locale.

D'après le vétérinaire Hoang Ngoc Bau, si les Vietnamiens n'hésitent pas à consommer ces animaux de compagnie c'est à cause d'une conjonction de facteurs historiques. Longtemps tourmentés par les conflits et par le manque de nourriture, les habitants n'auraient pas eu d'autres choix. "Le pays était très pauvre et nous avons eu une longue guerre. Nous mangions tout ce que nous trouvions pour rester vivants (...). Insectes, chiens, chats, même des rats. C'est devenu une habitude", a-t-il par ailleurs expliqué.

Publicité
Le vétérinaire dénonce l'absence d'élevages destinés à l'abattoir et n'a de ce fait pas hésité à déclarer que "presque tous les animaux cuisinés dans les restaurants proviennent du vol". S'il note cependant une légère évolution dans la perception de certains individus quant à leurs animaux, il déplore néanmoins cette tradition encore très présente.

 Vidéo sur le même thème : Le chat, plat des fins gourmets vietnamiens