Cet été, certaines plages françaises ont décidé d'interdire le port du burkini. Découvrez les origines et la nature de ce vêtement décrié.

© DR / Femme en burkini

Après les maires de Cannes et de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes), c'est maintenant au tour du maire de Sisco (Corse) d'interdire le port du burkini sur les plages "pour amener l'apaisement" dans sa commune. Mais pourquoi le burkini est-il tant décrié ?

"Burkini" est un mot-valise, à l’instar de "franglais" ou "tapuscrit". Il est composé du terme "burqa", une tenue musulmane très stricte qui couvre l’intégralité du corps, et du suffixe "-kini", qui désigne les éléments de maillots de bain.

En réalité, le burkini n’est pas vraiment un maillot de bain. En plus de couvrir tout le corps sauf le visage, les mains et les pieds, il est généralement conçu en polyester, alors que les tenues de bain sont en nylon ou en élasthanne. À l’instar des shorts de bain ou des autres vêtements, le burkini est donc interdit dans les piscines françaises pour cause d’hygiène, explique France TV Info.

À lire aussi – Cannes : le maire décide d'interdire le port du burkini sur les plages

Créé pour libérer

La styliste australienne Aheda Zanetti a créé le burkini en 2007, rapporte le site de Marie Claire. Cette musulmane d’origine libanaise déplorait que sa nièce ne sorte à la plage que vêtue d’éléments disparates destinés à couvrir sa peau. En créant cette tenue quasi-intégrale, elle a permis aux femmes qui y rechignaient par conviction de se baigner ou de pratiquer des sports nautique sans gêne.

Publicité
En laissant le visage libre, le burqini ne porte pas atteinte à la loi contre le port du voile intégral. Sa neutralité écarte également les accusations de signe ostentatoire. Elle ne couvre pas plus le corps qu’une combinaison de plongée intégrale. De plus, cette tenue moulante, faite pour être confortable, est décriée par les musulmans les plus radicaux.

Vidéo sur le même thème – Cannes : polémique sur l’interdiction du burkini

Publicité