Déjà employé en Belgique, le "super-radar" NK7, caché dans des poubelles, pourrait prochainement arriver en France. Ce nouvel outil très efficace peut flasher jusqu'à six voitures en même temps...

Depuis le mois de mai, le radar NK7 ne cesse de faire parler de lui. Et pour cause, la police fédérale belge a acquis quinze de ces "super-radars" mobiles, comme l’explique La Voix Du Nord. Notamment déployés dans la ville de Comines-Warneton, ces détecteurs de vitesse ultra-rapides sont capables d’enregistrer jusqu’à six excès de vitesse en même temps. Un outil moderne pour les forces de l’ordre qui peut être installé sur un trépied, dans un véhicule et surtout… dans une poubelle !

Créé en Australie par la société Redflex, spécialisée dans la fourniture des services de surveillance à la police, ce radar mobile a été installé suite "à la demande des citoyens et des autorités locales" qui en avait ras-le-bol des excès de vitesses, a confié la directrice administrative de la zone de police de Comines-Warneton, Marie Vandenbroucke.

Aucun flash n’avertira les conducteurs

Equipé de la technologie infrarouge, le radar NK7 se révèle être un petit bijou de technologie pour la police. Il faut savoir qu’il est également capable d’enregistrer dans les deux sens de circulation et qu’aucun flash n’avertira le conducteur en cas d’excès de vitesse. Mais ce n’est pas tout, le radar fonctionne de jour comme de nuit ainsi que dans les tunnels et à proximité des chantiers contrairement à d’autres modèles, rappelle La Voix Du Nord.

Enfin, avec une autonomie de huit heures, le radar NK7 est contrôlable à distance en Wifi et 4G, une vraie révolution.

Outre-Quiévrain, une soixantaine de ces engins sont opérationnels et d’autres commandes seraient prévues en Région Wallone ainsi qu’à Bruxelles.

Bientôt en France ?

Publicité
L’entreprise consacrée au domaine de la sécurité routière, Securoad, a annoncé que le radar était en cours d’homologation en France. Il est testé au laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE), responsable de la certification des radars sur le territoire français. L'entreprise a d’ailleurs indiqué à La Voix du Nord être "en contact avec la société Redflex". Une bonne nouvelle pour la sécurité routière, un peu moins pour les conducteurs qui ont le pied lourd. Cela pourrait bien prendre entre six mois et deux ans.

En vidéo sur le même thème : Gérard Collomb confirme la privatisation des contrôles de vitesse

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité