La société d’investissement luxembourgeoise LSK, dirigée jusqu’en octobre dernier par Dominique Strauss-Kahn, a laissé un passif de 100 millions d’euros à ses créanciers dont le fisc du Luxembourg.

La Leyne Strauss-Kahn (LSK), fondée par l’homme d’affaires franco-israélien Thierry Leyne, a fait faillite en novembre dernier, rapporte Le Figaro. L’associé de DSK s’était suicidé peu de temps auparavant. C’est à ce moment-là que l’ancien patron du FMI aurait découvert, selon ses dires, l’ampleur des engagements financiers engendrés par Thierry Leyne.

Lire aussi - LSK : la société de DSK en cessation de paiements

"Le montant des créances de LSK et de sa branche de gestion d'actifs Assya Asset Management, enregistrées au Tribunal de commerce de Luxembourg, où les sociétés ont été déclarées en faillite et en liquidation en novembre, atteint pratiquement les 100 millions d'euros", a annoncé un représentant des créanciers à l’AFP. Jusqu’à présent, la somme totale des créances n’a pas encore été vérifiée par Laurent Fisch, l’avocat nommé liquidateur par le Tribunal de commerce de Luxembourg. Seuls les créanciers publics se sont manifestés. La plupart des victimes de la faillite de LSK sont des investisseurs privés et institutionnels.

Lire aussi - DSK : de quoi vit l’ancien patron du FMI ?

Publicité
Le Luxembourg aurait engagé des poursuites contre les anciens dirigeants de LSK, dont l’ex-président du FMI. Le Grand-Duché voudrait qu’ils remboursent les impôts impayés sur les salaires, ce qui représente un montant total de 75 000 euros. Au Luxembourg, les impôts sont prélevés directement par l’employeur qui les reverse ensuite au fisc.

Vidéo sur le même thème : LSK, ex-société financière de DSK, en cessation de paiements