Dans une interview accordée à la RTBF, l'ancien juge antiterroriste Marc Trévidic s'est montré très pessimiste sur les prochains mois en France.  

Ce sont des déclarations peu rassurantes. L’ancien juge d’instruction spécialisé dans l’antiterrorisme, Marc Trévidic, qui a accordé il y a quelques jours une interview à la RTBF, s'est montré très pessimiste quant à la lutte contre le jihadisme en France pour l’année à venir.

"L’année va être épouvantable jusqu’aux élections (la présidentielle 2017, Ndlr). Car la tentation va être trop grande pour l’Etat islamique de se concentrer sur la France à cause de cet événement. On est dans une guerre en temps de paix", a-t-il notamment déclaré.

"Ca peut durer dix ans avant qu’on commence à respirer"

Et l'avenir du pays ne semble pas vraiment meilleur, à en croire le magistrat, désormais premier vice-président du tribunal de grande instance de Lille. "Mon espérance à moyen terme, et je pense qu’on y arrivera, c’est l’essoufflement du jihadisme. Mais ça peut durer dix ans avant qu’on commence à respirer", a-t-il jouté. 

Publicité
Toujours dans cette interview, le juge Trévidic s'exprime également sur Adel Kermiche, l'un des auteurs de l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, qu'il a eu à plusieurs reprises devant lui. "La première fois que je l'ai vu, il voulait partir en Syrie. Il venait tout juste d'être majeur pendant la garde à vue (…) J'avais face à moi quelqu'un qui voulait à tout prix partir faire le jihad au sein de l'Etat islamique. Il avait dans ses yeux la petite lueur qui fait qu'on détecte qu'il ne reviendra pas en arrière. C'est très difficile à apprécier. C'est très subjectif parce qu'en face de vous, vous avez l'impression d'avoir un mur", a-t-il  expliqué.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :