Laissez les taureaux tranquilles, n'allez pas à Pampelune

Vous vous demandez peut-être pourquoi on me voit sur cette photo en train de me verser du sang sur la tête, ne portant guère plus que des "cornes de taureaux". Ce n'était pas pour réaliser un fantasme étrange. J'étais là pour protester contre la réalité dérangeante du lâcher de taureau de Pampelune, qui a lieu tous les ans lors du festival de San Fermín.

Heureusement, la corrida est sur le déclin. La majorité des Espagnols ne veulent pas en entendre parler, et plus de 100 villes en Espagne ont interdit ce spectacle cruel, y compris toute la région autonome de Catalogne et les Îles Canaries.

Mais alors pour quelle raison le lâcher de taureau, événement cruel par nature, ait perduré ? Les touristes. Nombre d'entre eux ne sont pas au courant du caractère complètement barbare de ce spectacle au moment de choisir leur destination de vacances. Certains y emmènent même leurs enfants.

Je suis sûr que vous avez vu des images de cet événement tristement célèbre, où des accros à l'adrénaline grimpent aux barrières lorsque les énormes taureaux les dépassent. Pour les humains, c'est juste une journée pleine d'émotions fortes ou un élément de plus à cocher dans la liste des choses à faire une fois dans sa vie. Pour les taureaux, c'est de la terreur pure car ils courent vers une mort certaine dans l'arène.

Avant la course, les taureaux sont confinés dans de petites salles sombres pour ce qui sera en fait leur dernière nuit. Le lendemain matin, ils seront conduits dans la lumière éblouissante du soleil. Alors qu'ils trébuchent et sont désorientés, des hommes leur donneront des coups de bâton électrique. Ils s'enfuiront dans la confusion, dévalant les rues étroites de la ville.

Tout au long du chemin, il y a une foule d'humains qui leur hurlent dessus et les frappent avec divers objets. Les animaux, pris de panique, courent aussi vite qu'ils le peuvent, glissant et trébuchant sur les pavés et percutant les côtés des bâtiments alors que toujours plus d'humains vociférant apparaissent. Certains taureaux tombent et parfois même se brisent les os dans leur tentative désespérée de fuir en lieu sûr.

Mais leur cauchemar ne s'arrête pas là. Vous voyez, le lâcher de taureau n'est qu'un avant-goût de l'événement principal : la corrida. Dès qu'ils sont parqués dans l'arène, pas moins de huit hommes affrontent un seul taureau épuisé. Ils le provoquent, le frappent et le blessent à l'arme blanche, encore et encore, sous les acclamations des spectateurs. Lorsque l'animal blessé est sur le point de s'écrouler, le matador arrive pour l'achever. Il enfonce son épée à plusieurs reprises dans le corps du taureau. Mais il arrive qu'il manque son coup et qu'il ne touche que les poumons. On laisse alors le taureau se noyer dans son propre sang alors qu'il est traîné hors de l'arène.

Parfois, bien que rarement, ce spectacle sordide tourne mal pour le matador également. Le week-end dernier, Victor Barrio est devenu le premier torero à avoir été tué par un taureau en Espagne depuis 1985. Bien que sa mort ait été totalement inutile, au moins a-t-il eu le choix de pénétrer dans l'arène. Les taureaux n'ont jamais le choix, et il n'en sorte jamais vivants.

Qui peut blâmer le taureau, qui saignait déjà à cause des lames que l'on avait enfoncées dans son dos de s'en être pris à son tortionnaire ? Et maintenant, une épouse est devenue veuve, un taureau est mort et d'autres de ses congénères seront massacrés au nom de la tradition.

Ceux qui paient pour aller voir des corridas ou qui vont en vacances à Pampelune pour y être poursuivis par des taureaux, ou même seulement pour les voir courir, sont complices de cette souffrance.

Mettre fin à la corrida partout où elle a lieu est une cause internationale. Agissez avec compassion et n'allez pas en vacances voir les événements tauromachiques.

 En vidéo sur le même thème : Un “bain de sang” à Pampelune pour protester contre la corrida 

Publicité