La SNCF n’aura bientôt plus le monopole de l’exploitation du réseau ferré français. La Commission européenne devrait en effet dévoiler d’ici fin janvier un texte de loi ouvrant toutes les lignes à la concurrence. Des bouleversements sont donc à prévoir.

La SNCF va devoir apprendre à travailler avec de sérieux concurrents dans les années à venir. L’entreprise risque bien de perdre tout monopole sur l’ensemble des lignes ferroviaires, et tout particulièrement sur les lignes de TGV. Bruxelles souhaite en effet ouvrir à la concurrence l’ensemble du réseau, et la Commission européenne devrait dévoiler un texte de loi en ce sens d’ici la fin du mois, rapporte le quotidien Les Echos.

Les lignes internationales sont déjà ouvertes à la concurrence depuis 2009, mais pour l’heure les nouveaux prestataires sont assez rares, et les bouleversements que vont entrainer cette mesure devraient être d’une tout autre ampleur. La Commission européenne souhaite en effet que n’importe quel opérateur puisse faire rouler ses trains sur n’importe quelle ligne, en d’autres termes la Commission opte pour une concurrence totale à tous les étages. La SNCF doit donc s’attendre à voir débouler d’autres géants du transport ferroviaire sur ses lignes, lesquels pourraient bien lui mener la vie dure, notamment sur les lignes les plus rentables comme Paris-Lyon-Marseille, ou encore Paris-Lille. La bataille sur les prix s’annonce féroce.

Publicité
Autre changement à prévoir : la gestion. Bruxelles souhaite en effet distinguer la partie gestion du réseau ferré et la partie transport, condition indispensable selon la Commission d’une concurrence efficace. Pour l’heure, Réseau Ferré de France (RFF) gère le rail tandis que la SNCF l’exploite, mais le gouvernement souhaite un rapprochement de ces deux entités et entend prendre des mesures en ce sens. Autre problème à anticiper : les gares. Elles sont actuellement gérées par la SNCF. Si des concurrents arrivent, il faudra trouver une autre politique, de la même manière qu’il faudra certainement en revoir la conception, les gares étant pour l’heure prévues pour accueillir un seul opérateur. En d’autres termes, de fortes perturbations risquent aussi de toucher les usagers. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité