Jean-Charles Artaban, un marginal de 40 ans, a été condamné à la prison à perpétuité pour avoir tué, puis commis des actes d'une rare barbarie sur le petit Mathéo, 4 ans, en 2013 à la Réunion.

Le meurtrier de Mathéo, 4 ans, a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité avec une peine de sûreté de 22 ans, vendredi, par la cour d’assises de la Réunion. Il est accusé d’avoir tué le fils de son ex-compagne en 2013, de l’avoir dépecé, brûlé, puis jeté aux chiens. Cette sentence n’avait pas été prononcée depuis 2003 sur l’île.

Dans la nuit du 18 au 19 juin 20013, Jean-Charles Artaban, marginal de 40 ans connu de la justice pour violences et agressions sexuelles, avait convaincu son ex-compagne de venir avec son fils Mathéo, chez lui dans un quartier défavorisé de Saint-Benoît.

Selon les déclarations de la mère de la victime, après avoir consommé du cannabis et du rhum, les deux adultes se sont disputés. Elle lui aurait avoué que Mathéo n’était pas de lui.Devenu fou en entend la nouvelle, Jean-Charles Artaban lui aurait alors arraché l’enfant des bras avant de prendre la fuite pour le tuer.

A lire aussiEtats-Unis : 100 ans de prison pour avoir arraché le bébé d'une femme enceinte

Une barbarie sans nom

Près de 38 plaies ont été recensées sur le corps du petit garçon. Tous les organes internes ont été arrachés, le corps découpé, brûlé, puis jeté dans l’enclos des chiens. Une boucherie "qui a dû demander un certain temps, environ une demi-heure, avec des coups d'une très grande violence", d’après le médecin légiste.

Publicité
De son côté, l’accusé a affirmé n’avoir aucun souvenir de ses actes. Ne montrant "ni regrets, ni empathie", selon les experts psychiatres, l’homme est resté reclus dans son box pendant les deux jours d’audience, jeudi et vendredi. Condamné pour meurtre, actes de tortures et barbarie, Jean-Charles Artaban ne pourra demander aucun aménagement de peine pendant sa peine de sûreté.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité