Le site Egalité et réconciliation d’Alain Soral a publié des éléments qui démontreraient  que l’une des porte-paroles  françaises des Femen, Eloïse Bouton, serait une call-girl, une prostituée de luxe.

© AFP

Eloïse Bouton, porte-parole française des Femen, est-elle une call-girl ? C'est ce qu'affirme Alain Soral sur son site Egalité et réconciliation.

Le groupe d’origine Femen, internationalement connu pour nommer des actions, seins nus, lutte pour défendre le droit des femmes. Les Femen militent notamment pour la démocratie, contre la corruption, la prostitution ou encore l’influence des religions dans la société.

Eloïse Bouton est aujourd'hui dans la ligne de mire d'Alain Soral. La Femen, qui milite régulièrement pour le droit des femmes exprime même, dans une vidéo, son combat qui rejoint, d’après elle, celui de l’association "Ni putes ni soumises". Un paradoxe pour Alain Soral.

Femen le jour, escort girl la nuit ?

En effet, dans son article, l’écrivain démontre qu’Eloïse Bouton serait militante des Femen le jour, et escort girl la nuit. Pour démontrer cela, Alain Soral compare différentes photos sur son site. D’un côté se trouvent les photos de l’activiste française, seins nus, défilant auprès des Femen. De l’autre, nous pouvons apercevoir des photos ainsi que le profil d’une certaine Alise, une call-girl.

Des tatouages communs

Rien ne permet d’assurer qu’il s’agit de la même personne sur ces photos. Cependant, il y a des signes qui ne trompent pas. Les tatouages que porte Eloïse Bouton sont les mêmes que ceux de l’escort girl. Les deux femmes ont, également, toutes les deux un piercing sur le téton droit. De plus, la description écrite sur le profil par la fameuse Alise correspond à la description physique de la femme engagée.

Depuis la parution de l’article d’Alain Soral sur son site, Eloïse Bouton ne s'est toujours pas exprimée sur le sujet.

Publicité
Beaucoup de questions se posent aujourd’hui sur les Femen. Les contradictions, non prouvées, de la jeune femme alimentent les doutes sur ce groupe activiste. Un journaliste russe a, récemment, rendu publique une enquête qui expliquait que les féministes étaient payées à manifester.

Une vidéo montrant les Femen dernièrement à Notre-Dame de Paris:

Publicité