Le Secours Catholique vient de rendre son rapport annuel sur la pauvreté. Cette dernière progresse, touchant de nouvelles catégories de la population comme les seniors. 

Comme tous les ans, le Secours Catholique a rendu public son rapport annuel sur la pauvreté. Celui-ci, qui porte sur les chiffres de l'année 2013, tend à montrer que la pauvreté évolue, changeant de forme et touchant toujours plus de monde. Les seniors notamment, qui semblaient auparavant les plus épargnés par le phénomène, sont de plus en plus nombreux à être touchés par la précarité, comme le rapporte Le Monde.

À lire aussi - Pauvreté : Les dix clichés les plus fréquents chez les Français

Les seniors, nouveaux pauvres?

Près d’1,5 million de personnes ont été accueillies par l’association au cours de l’année avec 69% de nouveaux contacts. Si les jeunes de moins de 20 ans restent la catégorie la plus touchée, le Secours Catholique a annoncé que la paupérisation des personnes âgées avait grandement avancé. Quand ils étaient 11% à bénéficier de la couverture maladie universelle (CMU) en 2011, ils ont été 20% en 2013.

Et si sur le papier, les plus de 65 ans sont relativement épargnés par la pauvreté - 9,5% vivent en-dessous du seuil de pauvreté contre 14,3%, toutes classes d’âges confondues - le Secours Catholique ainsi que de nombreuses associations de solidarité notent une augmentation de cette population dans les centres d’accueil depuis près de cinq ans. Aussi, quand les plus de 60 ans représentaient 5% des personnes prises en charge en 2000, ils représentent aujourd’hui 8,5% des personnes accueillies. Le taux de chômage pour les 55-64 ans n’a eu de cesse d’augmenter ces dernières années pour atteindre les 72% en 2013.

"En valeur absolue, le nombre des personnes âgées pauvres est en diminution constante depuis les années 1970, mais nous commençons à voir les conséquences sur les seniors, tous sexes confondus, de la précarisation du marché de l’emploi", a expliqué Bernard Thibaud, secrétaire général du Secours catholique, aux journalistes du Monde.

Les femmes, premières concernées

Les femmes sont les premières victimes de cette mutation. Ainsi, 61% des seniors reçus par le Secours Catholique en 2013 étaient des femmes. Elles représentaient 58% des plus de 60 ans en 2010 et 54% en 2003.

Cette situation s’explique notamment par la plus faible part de revenu perçue par les femmes au cours de leur carrière. Celles âgées de plus de 60 ans qui se sont rendues à l’association ne touchaient en moyenne que 772 euros de revenu, "soit 215 euros de moins que le seuil de pauvreté", souligne le rapport.

Publicité
Pour une bonne part d’entre elles, les interruptions de carrière à cause de la grossesse et de l’éducation des enfants ou encore l’accumulation des temps partiels et des contrats précaires ont été la principale cause de cet écart. La maladie et le décé du conjoint viennent en seconde position, précise le Secours Catholique.

À lire aussi - Les hommes sont plus touchés par le chômage quand les femmes souffrent du "sous-emploi"

Vidéo sur le même thème - Chercher un emploi lorsqu'on est senior, "c'est démoralisant"