Jean d'Ormesson avait fait il y a quelques années une déclaration troublante. Celle-ci a trouvé un étrange écho cette semaine, alors que la France a perdu le grand écrivain mais également le chanteur Johnny Hallyday.  

A quelques heures près... Le 5 décembre, l'écrivain Jean d'Ormesson mourrait suscitant son lot de messages et d'hommages sur les réseaux sociaux. Malheureusement, moins de 24 heures après, son décès était complètement occulté par un autre, celui de Johnny Hallyday, la nuit suivante, aux alentours de 2h44 du matin. Et aussi incroyable que cela puisse paraître, cette étrange concomittance, Jean d'Ormesson l'avait déjà envisagée.  

Sur le plateau de Salut les Terriens, en octobre 2008, Jean d'Ormesson avait évoqué la date du 11 octobre 1963, date à laquelle sont morts l'écrivain Jean Cocteau et la chanteuse Edit Piaf. Il avait alors confié dans une troublante prémonition : "L’écrivain doit faire attention à tout ce qu’il écrit. Il doit faire attention à tout ce qu’il dit. Et il doit faire attention à la façon dont il meurt (...) Vous savez c'est très mauvais pour un écrivain de mourir en même temps que Piaf".

Les faits semblent lui donner raison encore aujourd'hui : la mort de Jean d'Ormesson a été complètement évincée sur les réseaux sociaux par l'envoi de 70 000 messages dédiés au chanteur par minute.

Un vraie sens de la formule

Ce n'est pas la seule déclaration troublante de Jean d'Ormesson. Sa fille Héloïse a dévoilé récemment sur le plateau de La Grande Librairie, les derniers écrits de son père. Incapable de prononcer ces mots, elle a laissé faire le présentateur, ainsi que le rapporte RTL.

Publicité
Pour dernière phrase, l'écrivain qui a le droit en ce vendredi à un hommage national, avait couché sur le papier : "Une beauté pour toujours. Tout passe. Tout finit. Tout disparaît. Et moi qui m'imaginais devoir vivre pour toujours, qu'est-ce que je deviens ? Il n'est pas impossible... Mais que je sois passé sur et dans ce monde où vous avez vécu est une vérité et une beauté pour toujours et la mort elle-même ne peut rien contre moi"
mots-clés : Johnny hallyday
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité