La justice a rendu son verdict ce mercredi dans l’affaire d’atteinte à la vie privée qui oppose Valérie Trierweiler et Patrick Devedjian aux journalistes auteurs du livre intitulé "La Frondeuse". Plus de détails.

Valérie Trierweiler est finalement sortie gagnante ce mercredi dans l’affaire d’atteinte à la vie privée qui l’a opposée aux journalistes auteurs du livre qui lui est consacré : "La Frondeuse". 10.000 euros de dommages et intérêts pour atteinte à la vie privée devront ainsi être versés à la compagne de François Hollande par les deux journalistes.

Un livre qui lui fait défaut Dans le livre écrit par deux journalistes, –Alix Bouilhaguet (France 2) et Christophe Jakubuszyn (responsable du service politique de TF1)- la Première dame serait décrite comme une femme quelque peu arriviste. Ce livre a par ailleurs révélé une liaison entre la journaliste de Paris Match et le député de l’Essonne Patrick Devedjian qui aurait eu lieu il y plusieurs années. Ce dernier a également porté plainte pour atteinte à la vie privée.

Le livre nous permet également de découvrir le début de la romance entre Valérie Trierweiler François Hollande, mais également  de revivre le "Tweetgate" de l’entre-deux tours des élections législatives de juin 2012. La compagne du chef de l'Etat avait ouvertement donné son soutien à Olivier Falorni, alors opposant d’une Ségolène Royal "parachutée".

Publicité
Elle a saisi la justice pour dénoncer ces "rumeurs non avérées et malveillantes visant à salir sa personne et ses proches", a expliqué l’avocat de Valérie Trierweiler, Me Frédérique Giffard. Le procès a débuté le 20 mars dernier.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :