Le Conseil d’Etat français a pris une mesure extraordinaire en accordant à une femme espagnole que le sperme de son mari décédé, congelé en France, soit transféré en Espagne pour qu’elle soit inséminée.

Elle va pouvoir avoir un bébé de son mari décédé. Une espagnole a obtenu du Conseil d’Etat français qu’il autorise le transfert en Espagne des gamètes congelées de son mari décédé afin qu’elle puisse se faire inséminer.

Mariana Gomez-Gonzalez résidait à Paris avec son mari, Nicolas Turri, lorsque celui-ci est mort d’un cancer en juillet 2015. Avant son décès, il a pris la décision de faire congeler ses gamètes puisque sa chimiothérapie allait le rendre stérile.

Depuis sa mort, son épouse se bat pour obtenir l’exportation des gamètes de son mari en Espagne.

Et pour cause, là-bas, l’insémination post-mortem est autorisée, contrairement en France. Même si sa première demande avait été rejetée par un tribunal administratif, la jeune veuve s’est battue et en est arrivée au Conseil d’Etat. Ce dernier a validé la demande.

A lire aussi- Insémination post mortem : un casse-tête éthique très controversé

Une situation exeptionnelle

Publicité
"Il s'agit d'une décision extraordinaire au sens premier du terme qui est tout à fait liée à la situation exceptionnelle" de Marianna Gonzalez-Gomez-Turri, a déclaré à l'AFP David Simhon, l'un de ses avocats.

"Nous sommes extrêmement satisfaits de cette décision. Nous souhaitons le transfert des gamètes dans les plus brefs délais, dans les meilleures conditions possibles", a-t-il ajouté

La veuve pourra donc se faire inséminer et porter l’enfant de son défunt mari.

Vidéo sur le même thème : Une insémination post-mortem aura bien lieu

Publicité