Un spectateur torse-nu a fait irruption ce samedi lors du match Allemagne-Ghana. Le supporter portait sur sa poitrine une inscription qui semblerait être à connotation nazie. La Fifa a indiqué qu’elle allait ouvrir une enquête.

 

Un homme qui surgit nu ou à moitié nu sur le terrain avant de se faire raccompagner par les stadiers, rien de très choquant dans le monde du football. Sauf lorsque ce "streaker" dévêtu porte des inscriptions à connotation nazie sur son torse. C’est pourtant ce qui s’est passé ce samedi lors du match de Coupe du Monde Allemagne-Ghana. La Fifa va ouvrir une enquête.

Les images n’ont pas été diffusées par la télévision, mais l’homme barbu qui est entré sur la pelouse ce samedi à Fortaleza (Brésil) arborait une inscription sur son abdomen débutant par "HH", faisant penser au salut hitlérien ("Heil Hitler") et "SS", écrit dans la même typologie que celle des "Waffen SS". Le "CC" pourrait faire référence aux camps de concentration ("Concentration camps"), indique Europe1. Un numéro de téléphone figurait aussi sur la poitrine de l’importun. Celui-ci serait localisé en Pologne, rapporte la radio.

Face à cette irruption, les vigiles du stade n’ont étrangement pas réagi. Il a fallu que ce soit le milieu ghanéen Sulley Muntari qui raccompagne l’individu hors du terrain.

Si aucune procédure n’a encore été ouverte par la Fifa, la responsable de la communication de l’instance mondiale du foot, Delia Fisher, a assuré que les images seront transmises à la commission de discipline qui les étudiera. "Dans les stades, nous avons des stewards qui ont pour consigne d'enlever toute banderole ou autre support à caractère discriminatoire ou raciste", a-t-elle notamment déclaré, rapporte l’AFP.

La Fifa face aux discriminations

Outre cette invasion de terrain, des images publiées sur Twitter montrent d’autres supporters de la Mannschaft au visage grimé en noir durant la même rencontre, raconte L’Equipe. Les internautes pressent désormais la Fédération de réagir face à ce phénomène.

Publicité
Le match Allemagne-Ghana n’est pas le seul à avoir connu ce genre d’interventions déplorables. En effet, plusieurs bannières racistes ont déjà été repérées lors des matchs de la Russie et de la Croatie, rappelle FranceTVinfo. A côté de ce racisme décomplexé, des cris homophobes ont pu être entendus durant les matchs du Mexique et du Brésil. Les supporters de ces deux équipes ont l'habitude de crier "puta" (soit "tarlouze") lorsque le gardien adverse dégage un ballon. Les médias mexicains parlent eux de "tradition" et non d'homophobie, explique le site de la chaîne.

Vidéo sur le même thème : un streaker néo-nazi s'invite pendant le match Allemagne-Ghana

 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité