Invité sur le plateau du Grand Journal mardi soir, Guillaume Lorans, l’un des coéquipiers de Gérald Babin, le candidat qui est mort pendant le tournage de Koh-Lanta, a donné sa version des faits. Découvrez ce qu’il a dit.

Il a témoigné à l’écran. Quelques jours après le décès de Gérald Babin pendant le premier jour de tournage de Koh-Lanta et le suicide du médecin de l’émission, un candidat a accepté de se confier. Sur le plateau du Grand Journal de Canal+ mardi soir, Guillaume Lorans a en effet raconté ce qui s’était passé au moment où l’un de ses coéquipiers est mort. "Avec Gérald, on a été compagnons de cordée. Au bout d’un certain temps Gérald a commencé à tirer un petit peu moins fort. Je lui ai proposé de passer sur l’arrière de la cordée pour être un des prochains qui sortirait du jeu. Il l’a fait", a ainsi expliqué le jeune homme avant d’ajouter :  "Il n’y avait pas de signes particuliers. Les signes qu’on a vu étaient ceux d’un malaise. Peut-être dû à la chaleur, quelque  chose comme ça. J’ai été sauveteur par le passé, j’ai vécu des situations comme ça. Il n’y avait rien d’alarmant". Et d'insister: "Aucun signe".

"On verra que nous avons dit la vérité"Un témoignage clé qui rejoint le déroulement des faits avancé par le producteur de l’émission, Franck Firmin-Guion. Alors que la production de ce jeu de téléréalité a été accusée de négligences dans cette affaire, ce dernier a tenu à relire le rapport de production sur le plateau de Canal+.  "A 12h47 : le jeu a commencé, il s’agissait d’un tir à la corde. A 13h01, Gérald a une crampe, il lâche la corde. Il est très important de dire qu’il est conscient jusqu’à la fin du jeu. Le jeu se poursuit pendant 4 minutes. Gérald parle à l’animateur. Le jeu se termine et Thierry Costa (le médecin de l’émission qui s’est suicidé dimanche) intervient de suite après".

Publicité
Revenant également sur le moment précis où Gérald Babin aurait eu une attaque cardiaque, à savoir pendant son transfert en hélicoptère, Franck Firmin-Guion a poursuivi : « Il fait son arrêt cardiaque et à partir du moment où il est pris en charge par l’hélicoptère, il se passe neuf minutes. C’est plus long à Paris, encore plus en province (… ) L’ensemble des personnes sur place ont été et seront entendues. On verra que nous avons dit la vérité".  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité
Publicité