Jérôme Kerviel réclame 4,9 milliards d'euros de dommage et intérêts à la Société Générale devant les prud'hommes. Une manière de refaire la lumière sur les résultats des une affaire qui lui a valu deux condamnations.
 

C'est devenu le trader le plus honni de l'Hexagone, un symbole malgré lui des dérives de la finance. Jérôme Kerviel avait été condamné par la justice en octobre 2012 à trois ans de prison et 4,9 milliards d'euros d'amende, soit le total des sommes que la société Générale lui reproche d'avoir joué, et perdu, en bourse. Mais l'ancien employé de la banque va contre-attaquer. Au micro de RTL, Jérôme Kerviel a annoncé son intention de saisir le conseil des prud'hommes pour être indemniser d'exactement "4,9 milliards d'euros".

"J'ai été licencié en 2008 pour faute lourde, ce qui implique qu'il y ait une volonté de ma part de nuire à l'entreprise, ce qui n'a jamais été le cas et ce qui est établi dans le dossier. Je ne réclame pas la réintégration. Je ne souhaite pas revenir dans ce milieu-là" a-t-il indiqué. Une demande qui est "évidemment un peu ironique" car l'homme de 35 ans explique clairement qu'il s'agit de faire une expertise des pertes qui lui sont reprochés, un moyen de refaire la lumière sur une version officielle qu'il conteste.

Publicité
"Je ne comprends toujours pas le verdict, je n’arrive toujours pas à le digérer" confie-t-il. Celui qui avoue traverser des "phases de détresse" doit aujourd'hui vivre de la solidarité de sa famille et de ses amis. Jérôme Kerviel défendra de nouveau sa version de l'histoire devant la justice lors de son procès en  cassation. Il a également lancé une pétition pour interpeller Christiane Taubira, la Garde des Sceaux, afin que son procès soit révisé. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :