Le procès de l’assassin présumé de Maxime Roussel s’ouvre ce lundi, devant la cour d’assises des mineurs de Besançon (Doubs). Le corps du jeune homme de 14 avait été retrouvé calciné dans un bois d’Etouvans en janvier 2012.

Illustration

Le 10 janvier 2012, le corps calciné de Maxime Roussel, 14 ans, avait été découvert dans un chemin forestier d’Etouvans, près de Montbéliard (Doubs).

Le principal suspect est un ami du garçon, âgé de 17 ans au moment des faits. Son procès s’ouvre ce lundi devant la cour d’assises des mineurs de Besançon. Il est accusé de meurtre avec préméditation. Le décès de la jeune victime est dû "à plusieurs coups portés avec une arme blanche, essentiellement à la carotide", a conclu le médecin légiste. Le corps avait ensuite été aspergé d’essence et brulé.

Selon les enquêteurs, le mobile du crime serait la moto de la victime. En effet, le soir même du drame, la Honda de Maxime Roussel avait été retrouvée dissimulée chez le suspect. Les soupçons se portent alors cet ami de l’adolescent âgé de 17 ans. Il s’agit en outre de la dernière personne avec qui la victime a échangé des sms.

Des indices mais pas d’éléments matériels

Publicité
Si ce dernier reconnait sa présence sur les lieux du crime, il nie avoir tué Maxime Roussel et accuse deux inconnus d’avoir commis le meurtre. Cette hypothèse a été écartée par les enquêteurs. Le jeune suspect a alors été mis en examen pour assassinat et placé en détention. Toutefois, l’arme utilisée pour le meurtre n’a jamais été retrouvée malgré les investigations.

L’avocat de la famille de la victime affirme également que, la veille du meurtre, l’accusé aurait consulté des sites internet expliquant comment se débarrasser d’un corps en le brûlant.

Le verdict est attendu pour ce vendredi 20 juin.

Vidéo sur le même thème : procès d'André Bamberski, jugé pour avoir fait enlever le meurtrier de sa fille

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité