Selon les informations de Closer, la comédienne à qui l’on prête une liaison avec François Hollande habite à seulement quelques mètres de l’endroit où un terrible fait divers a eu lieu la semaine dernière à Paris. De quoi soulever la question de sa sécurité.

Deux ans après la sortie du numéro de Closer révélant une liaison entre François Hollande et Julie Gayet, aucune officialisation n’a eu lieu et la comédienne ne s’est pas installée à l’Elysée. A la place des ors de la République, elle préfère en effet un loft de 200 mètres carrés situé "dans le quartier bobo de Ménilmontant", dans le 11e arrondissement de Paris. Là, l’actrice vivrait avec ses enfants et recevrait souvent ses proches à l’occasion de dîners. Par ailleurs, selon les auteurs de Julie Gayet, l’intermittente de l’Elysée, le président de la République viendrait parfois y dormir.

"C’est dans cette impasse qu’habite la compagne du chef de l’Etat"Closer fait cette semaine une nouvelle révélation qui fait quelque peu froid dans le dos. D’après ses informations, l’appartement parisien où couple le plus protégé de France aurait l’habitude de se retrouver serait situé à seulement quelques mètres de l’endroit où un homme a été violemment attaqué. "Dimanche 17 janvier, 1 heure du matin. Un jeune homme est attaqué dans une ruelle du 11e arrondissement de Paris", écrit en effet le magazine qui précise ensuite que la victime, "grièvement blessée", est décédée quelques heures plus tard à l’hôpital. Et le magazine people de souligner: "c’est dans cette impasse qu’habite la compagne du chef de l’Etat".

A lire aussi –François Hollande a-t-il un problème avec sa sécurité ?

Publicité
Une information d’autant plus troublante que les auteurs de la biographie de Julie Gayet, Soizic Quéméner et François Aubel assurent que l’actrice a refusé toute protection rapprochée sauf en cas "d’impérieuse nécessité". Aussi continuerait-elle à se déplacer seule au volant de sa propre voiture et à aller chercher elle-même ses journaux au kiosque. "Ne pas la protéger serait une erreur. Il peut lui arriver n'importe quoi, les gens la connaissent. (...) La protéger c'est peanuts, il faudrait 4 personnes, cela fait quoi ? 200.000 euros par an ? C'est tout de même la petite amie du président", a raillé un ancien "grand flic" cité par Closer.

En vidéo - Attentats: la sécurité de François Hollande remise en cause