Mercredi, le think thank, Terra Nova, a publié un rapport dans lequel il suggérait de remplacer les deux lundis fériés, lendemains de fêtes chrétiennes, par des fêtes musulmane et juive.

Mercredi, le think thank Terra Nova, progressiste et réputé proche du Parti socialiste, a publié un rapport intitulé "L’émancipation de l’Islam de France". Plusieurs propositions y sont faites en faveur de l’égalité et la neutralité du traitement des différents cultes en France, dont celle de substituer les jours fériés de Pâques et de la Pentecôte par une fête juive et une fête musulmane.

Terra Nova déplore en effet que "sur les 11 jours fériés officiels, 4 sont liés à des fêtes chrétiennes ou catholiques, 2 sont des lundis chômés qui suivent des fêtes religieuses chrétiennes,  (…) aucun ne concerne les fêtes solennelles des autres religions". Les auteurs du rapport, Alain Christnacht et Marc-Olivier Padis, suggèrent donc d’intégrer dans le calendrier des jours fériés, le Kippour et l’Aïd-el-kébir, fêtes reglieuses juive et musulmane.

A lire aussiJours fériés : allez-vous avoir des week-ends prolongés en 2017 ?

Une proposition controversée

A deux mois de l’élection présidentielle, Terra Nova espère rouvrir le débat sur cette question, pourtant très controversée et souvent source de polémique. En suggérant la suppression des deux lundis fériés "qui ne correspondent à aucune solennité particulière" pour les remplacer par des fêtes liés à d’autres religions, le think thank souhaite envoyer un message en faveur de la "reconnaissance officielle du pluralisme religieux". Il souligne également qu’il s’agit de permettre aux fidèles d’une religion de pouvoir s’absenter de leur travail ou leur école pour célébrer leurs fêtes religieuses sans avoir à se justifier.

Publicité
Cette proposition avait déjà été avancée par Eva Joly lors de la campagne présidentielle de 2012 ou encore par Ericka Bareigts, l'actuelle ministre des Outre-mer, lorsqu’elle était député en 2015. Mais à l'époque, la droite et le Front national s’étaient levés contre ce qui était, pour eux, un pas vers le communautarisme et un renoncement aux racines chrétiennes de la France. "Il ne s'agirait pas de créer des dérogations ou des jours fériés spécifiques en fonction des appartenances confessionnelles mais bien des jours fériés nationaux correspondant à d'autres fêtes religieuses que les fêtes chrétiennes", affirme pourtant le rapport.

En vidéo sur le même thème : Le secteur du tourisme accuse le manque de véritables jours fériés