Ils étaient des milliers de mécontents ce dimanche à battre le pavé parisien pour crier leur ras-le-bol. La manifestation, qui a dégénéré, rassemblait un cortège hétéroclite. Mais qui étaient ces anti-Hollande ? Revue de détail.

Ils étaient 160 000 selon les organisateurs, 17 000 selon la police. La manifestation lancée à l’appel du collectif « Jour de colère », a rassemblé ce dimanche tous les mécontents de France, dont le mot d’ordre était « Hollande dégage ». Cet obscur cortège avait pour objectif de fédérer toutes les rancœurs des Français, de les « coaguler », pour frapper un grand coup. Plus de 50 associations et mouvements avaient ainsi répondu présents.

Qui est venu défiler ?Parmi eux se trouvaient par exemple des membres du Printemps français, la branche la plus radicale des anti-mariage pour tous, des membres du mouvement catholique Civitas, des pro-Dieudonné, des « bonnets » de différentes couleurs, des « Papas en colère », des membres du Comité Lepante (anti-islam), de « Tous ensemble contre l’Ecotax », de Réseau identités, ou encore des membres du collectif « Camping pour tous ».

Publicité
Des revendications hétéroclitesChacun est donc venu avec ses revendications, certains thèmes comme le « matraquage fiscal », l’identité française, la liberté d’expression, la défense de la famille, de l’emploi ou encore de l’éducation, étant plus fédérateurs. Les manifestants se sont ainsi regroupés derrière les huit banderoles aux slogans évocateurs : « Non au racket fiscal », « Familles en danger », « Emplois détruits, assez », « Identité, souveraineté : halte à la trahison », etc… Tous ont donc réclamé la démission de François Hollande, mais la manifestation a dégénéré au moment de sa dispersion. Plusieurs centaines d’entre eux, masqués pour la plupart, ont lancé toutes sortes de projectiles en direction des forces de l’ordre. 250 personnes ont été placées en garde à vue, et 19 policiers ont été blessés.

Vidéo : Jour de colère : qui sont les fauteurs de troubles ?

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité