Et si les jeux de grattage n'étaient pas vraiment des jeux de hasard ? Il y a 12 ans, un ingénieur à la retraite a fait une découverte qui l'a conduit depuis lors dans une bataille juridique acharnée contre la Française des Jeux et son système de répartitions des gains. Les détails avec Planet.fr.  

Publicité
 
Robert Riblet est un ingénieur à la retraite qui s'attaque à l'énorme machine à sous qu'est la Française des Jeux. Il lui reproche sa répartition des gains des jeux de grattage qui, selon lui, devrait être arbitraire. 
 
Après des années de recherches et d'observation, Roblet Riblet (cf photo ci-contre) est parvenu à la conclusion que les jeux de grattage sont distribués par lot de 50 tickets parmi lesquels un seul permettait de remporter une somme significative, supérieure à 20 euros. Un procédé que certains  buralistes ont compris et dont ils font profiter leurs bons clients. La combine consiste à gratter les jeux d'un livret, donc un lot de 50 tickets, jusqu'à l'obtention d'un gain de 20 euros ou plus, après quoi il est inutile de continuer à gratter. 
Un combat en justice de plus de 12 ans
 
En 2004, après avoir étudié les jeux de grattage pendant trois ans, le retraité entame une action en justice contre la Française des Jeux. L'année suivante, l'entreprise demande l'annulation de cette action contre la somme de 450 000 euros. Mais Roblet Riblet ne se laisse pas impressionner et continue son combat. 
 
Après avoir réfuté les accusations de l'ingénieur, la FDJ a fini par avouer que le système dévoilé par Robert Riblet est bel et bien utilisé et sert à répartir équitablement les gains dans le pays.  Aujourd'hui, la bataille judicaire n'est pas terminée. Le 27 mai prochain, le jugement civil aura lieu au tribunal de grande instance de Nanterre en attendant le procès en pénal où la Française des jeux est placée en tant que témoin assisté pour "tromperie", "escroquerie" et "publicité mensongère". 
Décidé à venir à bout de ces méthodes qu'il trouve injustes, le retraité est décidé à se battre pour "l'égalité des chances strictes entre les joueurs". 
 
Crédit photo : ©AFP