Ce mardi, Jérôme Kerviel doit essayer de convaincre la justice de lui accorder sa remise en liberté conditionnelle. L'ancien trader la Société Générale avait été condamné en appel à trois ans de prison ferme.

Ce mardi, la justice se penchera de nouveau sur le cas Jérôme Kerviel. Condamné en appel à trois ans de prison ferme pour avoir léser la Société Générale de 4,9 milliards d'euros, l'ex-trader pourrait bien décrocher sa remise en liberté conditionnelle.

Purgeant sa peine depuis mai à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), Jérôme Kerviel avait bénéficié, début août, d'un aménagement de sa condamnation sous bracelet électronique. Une décision qui avait poussé le parquet d'Evry à faire appel de ce jugement, laissant l'ancien trader derrière les barreaux en attendant le verdict, a rapporté l'AFP. Suite à cet appel, son avocat, David Koubbi, avait par ailleurs souligné que son client "ne (présentait) strictement aucun danger" et que son dossier "respectait parfaitement les conditions requises". La cour d'appel de Paris doit donc s'exprimer ce mardi sur le sort de l'ancien opérateur de marché.

Publicité
Logement et emploiSelon la défense de Jérôme Kerviel, il réunirait toutes les conditions favorables à sa remise en liberté conditionnelle. En effet, ce dernier disposerait d'ores et déjà d'une promesse d'embauche dans une entreprise de conseil en informatique, a révélé Europe 1. De plus, un appartement a été laissé à sa disposition.

Vidéo sur le même thème : Jérôme Kerviel clame son innocence

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité