Sur Twitter, le journaliste s'est insurgé sur la prétendue construction d'un camp de migrants à Louveciennes, la commune où il habite.

Journaliste bien connu des téléspectateurs, Jean-Pierre Pernaut est très actif sur les réseaux sociaux. Le Figaro rapporte qu'il a poussé un coup de gueule le 17 septembre dernier, sur Facebook puis sur Twitter. Il protestait contre "l’ouverture d’un gigantesque camp de migrants sur 24 hectares" dans sa ville, Louveciennes (Yvelines).

La rumeur, lancée par Valeurs actuelles, a soulevé "inquiétude" et "colère", selon le présentateur du JT de 13 heures sur TF1. L'initiative est à ses yeux une "hérésie", précise-t-il également sur sa page (privée) Facebook, "en terme de sécurité pour les petites communes de la région".

À lire aussi – Quels sont les animateurs préférés des Français ?

"Des rumeurs populistes"

Les réactions sur les réseaux sociaux ont été si virulentes que Jean-Pierre Pernaut a retiré la publication Facebook. Il a tout de même laissé le champ libre aux utilisateurs de Twitter. Ces derniers se sont déchaînés, l'accusant de "colporter des rumeurs populistes" et lui demandant s'il comptait prendre sa "carte au FN".

Publicité
Dans un communiqué adressé par le maire LR de Louveciennes, Pierre-François Villard, et repéré par Le Figaro, la rumeur a été démentie. "À l’heure actuelle, nous ne disposons d’aucune information officielle sur le sujet", a-t-il affirmé. Victime à son tour du doute et désireux de prendre position contre le gouvernement, il a cependant précisé que "si l’information devait être confirmée", il exprimerait son "indignation quant aux méthodes de l’État".

Vidéo sur le même thème – Jean-Pierre Pernaut imite Joséphine, ange gardien !

Publicité