Les charges contre le logeur d’Abaaoud pourraient être allégées car la piste de deux djihadistes, dont une prostituée avec qui Jawad Bendaoud aurait été en lien, a été écartée.

L’affaire judiciaire autour de Jawad Bendaoud, l’homme qui a hébergé un commando de terroristes – dont Adbelhamid Abaaoud, le cerveau présumé des attentats du 13 novembre à Paris – n’en finit plus de rebondir.

Comme le rapporte mardi Le Parisien, les charges contre le logeur pourraient être allégées depuis que l’hypothèse d’une seconde équipe de terroristes, avec laquelle Jawad Bendaoud aurait été en lien, a été écartée.

Une fausse piste qui pourrait aider le logeur de terroristes

En effet, les policiers ont un temps suspecté la présence de deux terroristes supplémentaires sur les lieux des attentats du 13 novembre car les téléphones d’un numéro belge et d’un numéro français avaient été repérés sur place. En réalité, il s’agissait d’un couple qui suivait sans le savoir les traces des terroristes. Mais la ligne téléphonique est bien connue des services de la police belge, non pour des affaires de terrorisme, mais pour des faits de prostitution. "Le numéro est attribué à une femme, Mademoiselle C. [...] qui semble en effet vivre de ses charmes", écrit Le Parisien.

"La call-girl a été en lien avec Jawad"

Publicité
Comme le lien avec un numéro belge avait été imputé à Jawad Bendaoud, celui-ci pourrait voir les charges à son encontre diminuer. Ainsi que le révèle le quotidien francilien, "la call-girl a été en lien - via un contact commun - avec Jawad Bendaoud. Le 14 novembre, le portable de Mademoiselle C. reçoit l'appel d'un numéro belge. Or, 10 jours auparavant, ce même numéro attribué à une jeune femme, a appelé... Jawad."

Vidéo sur le même thème : Jawad, le logeur des terroristes, dans un épisode d'Esprits Criminels ?

 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité