Dégoutés par les massacres perpétrés en Irak, ils ont décidé de rejoindre les peshmergas kurdes afin de lutter contre l’Etat islamique. L'un d'entre eux nous explique les motivations du groupe.

Réunis sous le pseudonyme de Task Force Lafayette, du nom de l’ancienne unité dans laquelle ils ont servi au sein de l'armée française entre 2009 et 2012 en Afghanistan, une dizaine de vétérans se prépare à aller combattre Daech en Irak.

A lire aussi- Daech : découvrez le surprenant profil de son fondateur

Dégoutés par les massacres perpétrés par le groupe terroriste, ils ont décidé de rejoindre les peshmergas, les combattants du Kurdistan irakien. L’objectif : transmettre leurs connaissances. Pourtant, ils risquent également d'être amenés à combattre. "On est conscient que l’on risque de participer au combat, explique à Planet.fr "Nova", l’un des vétérans. On ne se fait pas d’illusions, on est préparé. Mais ce n’est pas notre but premier."

"Les frappes aériennes françaises sont inefficaces"

Pour lui, il y a eu deux déclics. Le premier a eu lieu lors de la montée en puissance de Daech et des massacres commis par le groupe terroriste contre certaines communautés. Le second a été l’attentat de Charlie Hebdo perpétué sur le sol français en janvier dernier.

Toujours selon lui, le but de l’opération n’est pas de remettre en question l’action de l’armée française en Irak, même s'il avoue que "les frappes aériennes sont inefficaces". Celui-ci ne préfère toutefois pas s’avancer sur une éventuelle intervention terrestre. "Daech se base sur la corruption, sur la misère. Si suite à une intervention terrestre, il n’y a pas la création d’infrastructures efficaces, cela ne fera que renforcer les terroristes", estime-t-il.

"Notre action est tout à fait légale"

Le projet de ces anciens soldats a été financé grâce à une plateforme participative mise en place sur leur site. Ils ont aujourd’hui récolté plus de 7 500 euros. "Il est important pour nous de ne pas être rémunérés sur place car cela ferait de nous des mercenaires, précise Nova. De plus, nous ne rejoignons pas un groupe terroriste, ce qui rend notre action tout à fait légale." Une affirmation confirmée par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve lors d'une interview sur Mediapart.

Publicité
Par ailleurs, le groupe de Français, dont les membres ont entre 23 et 50 ans, se veut apolitique et areligieux. "Notre but est simplement d'aider à lutter contre Daech", affirme Nova. Les hommes ont prévu d’arriver à Erbil, la capitale du Kurdistan irakien, en décembre. Leur mission devrait, elle, durer entre trois mois et un an.

En vidéo sur le même thème - La Palmyre aux mains des djihadistes