Une perquisition administrative à Villiers-sur-Marne a permis de découvrir une école coranique clandestine dans une mosquée. Elle accueillait chaque jour près de 40 enfants âgés de 6 à 12 ans en toute illégalité

Une perquisition administrative à Villiers-sur-Marne a permis la découverte mercredi d'une école coranique clandestine dans la mosquée Al-Islah de la commune. Elle accueillait chaque jour près de 40 enfants âgés de 6 à 12 ans en toute illégalité, selon Le Parisien.

En tout une quarantaine de policiers ont perquisitionné la mosquée, sous surveillance depuis plusieurs mois, pour savoir la teneur des discours religieux, indique Francetv InfoTrois personnes ont été interpellées, dont l'imam de la mosquée.

Lors de la perquisition, des "manuels et du matériel scolaires", "carnets de correspondance" et des "livres en arabe" ont été retrouvés alors que seules des activités de soutien scolaires avaient été déclarées. "Depuis deux ou trois ans, le nombre d’heures de cours a augmenté au fur et à mesure à la demande des parents, mais il ne s’agissait pas du tout de cours sur le Coran", explique au Parisien le secrétaire de l’association qui gère la mosquée. D'après lui, Il s’agissait plutôt de cours de français, d’histoire-géographie, de mathématiques… 

A lire aussi Najat Vallaud-Belkacem : "L’enseignement de l’arabe pourra se faire dès le CP"

Enquête pour "travail dissimulé" et "emploi d'étrangers sans titre" 

"Effectivement, deux-trois personnes ont été ciblé dans le cadre de perquisitions ou d'enquêtes particulières sur des fichés "S". Les instances dirigeantes de la mosquée ont remis de l'ordre avec un changement d'imam", a expliqué à France 2 Jean-Michel Carigi, directeur de cabinet du maire de Villiers-sur-Marne.

C'est en remontant la piste d'un salafiste de la mosquée de Lagny (fermée en mai car jugée trop radicale) que la police est arrivée à cette école clandestine. Comme le rappelle Francetv Info12 personnes fréquentant cette mosquée ont été condamnées en avril dernier pour avoir participé à une filière jihadiste vers la Syrie.

Publicité
La justice a annoncé, jeudi, avoir ouvert une enquête préliminaire sur ce dossier pour "ouverture illicite d'un établissement scolaire", "travail dissimulé", "emploi d'étrangers sans titre" et "hébergement indigne".

Vidéo sur le même thème : Enseignement de l'arabe dès le CP : ce que la ministre de l'Éducation souhaite changer