Lundi, la chaîne d'information en continu "i-Télé" change de nom et devient CNews. Nouveaux programmes, nouveaux animateurs... découvrez ce qui va changer.

Le temps du renouveau pour i-Télé. Après la longue grève de novembre et le départ de près de 100 journalistes, la chaîne d'information du groupe Canali-Télé, bientôt CNews, a annoncé plusieurs changements pour accompagner ce nouveau nom. L'arrivée de nouveaux journalistes est ainsi prévue pour venir compléter l'équipe des "anciens" comme Pascal Praud, Audrey Pulvar ou Laurence Ferrari.

En période d'élection, la chaîne a souhaité se concentrer sur la politique en engageant des journalistes expérimentés. Parmi les nouveaux venus, on trouve donc Jean-Pierre Elkabbach, ancien journaliste d'Europe 1, pour une interview politique quotidienne dans la matinale. Autre recrue, Patrick Poivre d'Arvor. L'ancien présentateur du 20h de TF1 sera en charge d'un débat d'actualité en fin de semaine dont le nom devrait être "Plus de recul". Il présentera également une émission littéraire, avait-il déclaré dans un entretien avec Europe 1. Les arrivées de Marc Menant, ancien journaliste de Direct 8 et BFMtv, et de Rachid Arhab, ancien de France Télévisions, ont également été annoncées.

A lire aussi - Une pigiste d'"I-Télé" virée pour... 30 minutes de retard

Le retour annoncé de Jean-Marc Morandini

Un choix controversé. La future CNews a également annoncé le retour de Jean-Marc Morandini dans le groupe. C'est pourtant son arrivée, en novembre, qui avait été une des raisons de la grève des salariés de la chaîne. En effet, ils réclamaient le départ de l'animateur qui avait été mis en examen à l'automne pour corruption de mineur aggravée. Les 31 jours de grève ont beaucoup affecté les audiences de la chaîne qui avait été contrainte de repousser le lancement de CNews.

Publicité
Jean-Marc Morandini ne devrait cependant arriver qu'en juin, après l'élection présidentielle, pour présenter une émission consacrée aux médias. Jusque-là, CNews va se consacrer au suivi de l'actualité politique en privilégiant "le recul et le décryptage" avec des débats et des interviews de personnalités, comme l'a déclaré Gérald-Brice Viret, directeur général des antennes du groupe Canal+, sur France Inter.

En vidéo sur le même thème : i-TELE change de nom et de couche confiance