Si le passage à l'heure d'hiver nous fait gagner soixante minutes de sommeil, il fait cependant de nombreuses victimes collatérales. Explications. 

Ce week-end, vous avez gagné une heure de sommeil avec le passage à l'heure d'hiver. Mais savez-vous que ce changement a de graves conséquences ? En effet, il s'accompagne d'une augmentation des accidents de la route.

Dans un communiqué, la Sécurité routière a rappelé que "chaque année, les jours suivants le changement d'heure enregistrent un pic d'accidentalité de 40 %". "Ces cinq dernières années, le nombre d’accidents corporels des piétons en novembre est supérieur de 3,1% au mois d’octobre. Pour la seule tranche horaire 17 h-19 h, cette augmentation est de 40%", met en garde le texte.

A lire aussi Changement d’heure : les cinq questions qu’on se pose à chaque fois

Un tiers des piétons tués le sont en période hivernale

Pourquoi une telle augmentation ? Initialement prévue pour des raisons d'économie d'énergie, le changement d'heure a une conséquence importante sur les heures d'éclairement : la nuit tombe plus tôt dans la journée, au moment de la sortie des classes ou des bureaux. Résultat, selon la Sécurité routière : un tiers des piétons tués le sont en période hivernale. 

Selon l’Observatoire national interministériel de Sécurité routière, ce surplus d’accidents serait "une conséquence du temps d’éclairage réduit, les piétons étant difficilement perçus par les autres usagers, alors qu’ils ont l’impression d’être vus."

Publicité
Si vous circulez à vélo, il est recommandé de porter des vêtements clairs ou assortis de bandes réfléchissantes. Les automobilistes doivent adapter leur vitesse et circuler à "au moins un mètre des trottoirs". Quant aux piétons, la Sécurité routière rappelle les règles de base : regardez de chaque côté avant de traverser, marchez sur les trottoirs, traversez aux passages piétons...

Vidéo sur le même thème : Changement d'heure: les accidents piétons et cyclistes en augmentation