Les syndicats appellent les fonctionnaires à manifester ce jeudi pour leur pouvoir d’achat et contre les suppressions de postes. Cette manifestation intervient à l’occasion des deux ans de l’arrivée de François Hollande à l’Elysée. 

©Capture d'écran Twitter @Rue89Strasbourg

Sept syndicats français (CFDT, CFTC, CGT, FA-FP, FSU, Solidaires et Unsa) ont lancé un appel commun aux fonctionnaires les invitant à manifester ce jeudi pour défendre leurs salaires. Plus d’une centaine de rassemblements sont prévus dans toute la France.

Traditionnellement favorable à la gauche, les 5 millions de fonctionnaires doivent faire entendre leur désaccord quant au gel du point d’indice jusqu’en 2017 annoncé par Manuel Valls dans le cadre du plan d’économie de 50 milliards. Or ce point d’indice, qui sert de base aux calculs des salaires (hors primes et indemnités), n’a pas été revalorisé depuis 2010. Pour les syndicats, l’annonce du maintien du gel du point d’indice jusqu’en 2017 est "inacceptable". Selon les dernières données de l'Insee, les fonctionnaires ont effectivement perdu du pouvoir d'achat.

De son côté, le gouvernement estime que "les efforts demandés (aux Français, ndlr) doivent être justes et équitablement répartis", rapporte France 3. Ainsi que l’indique le site de la chaîne, une augmentation de 1% de la valeur du point coûterait 1,8 milliard d'euros pour les trois fonctions publiques. Or l’Etat compte économiser 50 milliards.

Le chef de l’Etat n’avait été confronté jusqu’à aujourd’hui qu’à une seule journée d’action unitaire, début 2013, sur le thème du pouvoir d’achat. Celle-ci n’avait pas rencontré un très grand succès. Cette fois-ci, les syndicats espèrent une mobilisation massive pour cette démonstration de force à l’occasion du deuxième anniversaire de l’arrivé de François Hollande à l’Elysée. Selon Jean-Marc Canon, de la CGT, "l'appel a été très bien reçu, car il rencontre une exaspération dans la fonction publique", rapporte le Nouvel Observateur.

L'emploi est un autre motif de mécontentement. En effet, les créations de postes prévues dans les ministères "prioritaires" (Justice, Police, Education) doivent être compensées par des suppressions dans des services déjà "à l'os", selon les syndicats.

Divorce entre Hollande et les fonctionnaires?

"Le fossé se creuse entre le gouvernement et les agents de la fonction publique" estime Jean-Marc Canon . "Beaucoup avait des espoirs lors de l'élection de François Hollande, ils espéraient, à juste titre, une rupture avec la politique menée par la droite", ajoute t-il.

Publicité
Cette mobilisation précède une première réunion de négociation sur les parcours professionnels (carrières, grilles de rémunération, primes, etc.) qui s’ouvre lundi 19 mai. Selon France 3, le ministère reconnait que "l'ampleur de la mobilisation aura évidemment une incidence sur la suite de notre dialogue social".

Vidéo suir le même thème : manifestation intersyndicale à Lille