Ce mardi, quatre syndicats- FO, CGT, FSU, Solidaires- appellent à un mouvement de grève pour manifester contre la réforme des retraites. Malgré cet appel, le peuple français n’a pas l’air décidé à descendre dans la rue. Pour preuve, la CFDT ne participe pas au mouvement.

© A travers le temps

Première manifestation contre la réforme des retraites pour François Hollande. En ce mardi 10 septembre 2013, quatre syndicats -FO, CGT, FSU, Solidaires- appellent les Français à descendre dans la rue. Leur but n’étant pas seulement de protester contre la réforme des retraites, ils veulent aussi une amélioration sur les thèmes de l’emploi, des salaires et enfin logiquement des retraites. Selon un sondage Ifop, trois français sur quatre se disent déçus par cette réforme. Malgré ce chiffre éloquent, il ne devrait pas avoir y de raz-de-marée dans les grandes villes de l’Hexagone.

Pourquoi une aussi faible mobilisation ?

Contrairement à ce qu’on pourrait le penser, cette réforme ne dérange pas tout le pays. D’ailleurs, selon un dernier sondage BVA, on observe que sur 10 "sympathisants de gauche", 6 trouvent la réforme juste. L’autre raison est la date choisie. D’habitude, les enseignants du public sont un élément moteur des manifestations. Or, en cette période de rentrée, il est difficile pour eux de commencer avec une grève. Chez les étudiants, l'UNEF appelle aussi à manifester. Mais pour la même raison que les enseignants , les étudiants qui viennent -pour la plupart- de reprendre les cours ne devraient pas être massivement présents.

Que veulent les syndicats ?

A l’inverse de 2010 et de la manifestation contre la réforme des retraites du gouvernement de Sarkozy, les syndicats n’appellent pas à une éradication totale du projet. Lorsqu’il a été présenté au mois d’août dernier, le projet de loi n’a pas suscité que des critiques. La CFDT de Laurent Berger, par exemple, soutient la réforme du gouvernement. Alors que la manifestation d’aujourd’hui a "seulement" pour but de promouvoir quelques changements assez flous, cette journée est surtout un test du peuple français pour les syndicats."Ce doit être le début d'un processus de mobilisation sociale et citoyenne pour mettre un coup d'arrêt à cette nouvelle attaque de nos droits à la retraite", indique un représentant de Solidaires.

Publicité
Au final, avec cette faible mobilisation annoncée, le pays ne devrait pas être immobilisé. Selon la SNCF (considéré comme "le baromètre de grève" du pays), le trafic sera quasiment normal dans la journée. Sauf pour le TGV Atlantique et les trains en direction de l’Espagne, qui eux, seront quelques peu perturbés.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité