Ce jeudi, le juge administratif de Nice a imposé le retrait des pâtisseries polémiques d'un boulanger de Grasse dénoncées par le Conseil représentatif des associations noires (Cran).

©Cran

Par une décision rendue publique ce jeudi, le tribunal administratif de Nice a exigé le retrait des pâtisseries "racistes" d'un artisan boulanger de Grasse (Alpes-Maritimes). Il incombe désormais à la ville d'interdire au commerçant de l'enseigne "Aux Délices de Grasse" l'exposition de ses créations. La plainte à l'origine de cette condamnation avait été déposée par le Cran qui dénonçait au début du mois de mars des "caricatures" "obscènes".

"Atteinte à la dignité humaine"

Saisi en référé par le Cran, le juge administratif a sommé la municipalité de Grasse "de prendre dans le cadre des pouvoirs de police qu'(elle) détient (…) une mesure d'interdiction d'exposition au public des deux figurines en chocolat portant atteinte à la dignité humaine". Comme le rapporte Nice Matin, le juge a estimé que l'atteinte était plus particulièrement portée aux personnes africaines ou d'ascendance africaine "et cela en l'absence même de volonté malveillante de leur créateur".

A lire aussi -Les pâtisseries "racistes" d'une boulangerie de Grasse

Estimant que le manque de réaction de la mairie constituait "une atteinte grave à la sauvegarde d'une liberté fondamentale", le tribunal a prévu une astreinte de 500 euros par jour de retard dans le cas où elle ne ferait pas respecter l'interdiction.

Victoire du Cran

Publicité
Les gourmandises chocolatées représentant grossièrement des personnages noirs dotés de sexes aux dimensions caricaturales ont été dénoncées le 3 mars dernier par le Cran. Dans un communiqué publié sur son site Internet, il signalait des "caricatures négrières, obscènes et injurieuses qui puisent dans la vieille tradition du racisme colonial". Indigné face à ces "pâtisseries pornographiques, obscènes, racistes", le Cran a lancé une pétition en ligne, soutenue par 4068 signataires à ce jour. Face à l'inertie du maire de Grasse, le Collectif a alors saisi le tribunal pour faire interdire ces "Dieux et Déesse", noms donnés par l'artisan à ses créations.

Vidéo sur le même thème -La "Chocolate factory" de Paul McCarthy