Ce samedi 1er novembre, un homme s’est réfugié au sommet d’une grue pour demander  le remboursement de sa cotisation au Parti socialiste. Il a finalement rejoint la terre ferme quelques heures plus tard.

Dans la matinée de samedi, un habitant de Floirac en Gironde s’est réfugié au sommet d’une grue pour réclamer … son remboursement des cotisations qu’il avait versées au Parti socialiste avec sa compagne, rapporte Sud Ouest.

80 euros de remboursement

Âgé de 39 ans, Abner Kongo est un responsable de l’association locale Del Prod, qui encourage la médiation sociale et culturelle. Cela fait plusieurs mois qu’il tentait de récupérer les 80 euros de cotisation qu’il avait versés au PS en 2010 et 2011, relate le journal. "Si les socialistes sont aussi mauvais sur le plan national que sur le plan local, je comprends que ce soit le bordel sur l’ensemble du territoire", a-t-il confié aux journalistes de Sud Ouest qui l’ont contacté par téléphone alors qu’il était encore accroché à 20 mètres au dessus du sol.

S’étant inscrit sur Internet, l'homme se serait vu rejeter sa demande de remboursement par la section locale du PS. Il se serait alors rendu rue de Solferino à Paris où son cas n’a pas plus été pris en considération, explique le journal. "En prison, j’ai appris à faire les choses dans les règles, au PS on ne respecte pas les règles", a-t-il lâché à Sud Ouest, expliquant qu'il avait passé un an derière les barreaux pour trafic de stupéfiants. Selon sa compagne qui faisait l’intermédiaire depuis le bas de la grue, le Parti socialiste, s‘il a encaissé les adhésions, ne leur aurait pas fourni de carte.

Une action sur fond de conflit avec la mairie

Abner Kongo, qui s’est présenté dernièrement sur une liste "apolitique", reproche également aux socialistes de Floirac d’avoir privé son association d’un local municipal qu’elle occupait jusque-là. L'équipe municipale, qui tient la commune depuis des années, a préféré pousser l’affaire devant le tribunal administratif de Bordeaux. "Le PS ne nous a jamais acceptés", a dénoncé de son côté la jeune femme. Une raison supplémentaire pour Abner Kongo, qui "nourrissait ce projet depuis plusieurs jours", a-t-elle déclaré à Sud Ouest.

Publicité
Un cordon de sécurité important a été mis en place par la police afin de faire redescendre l'ex-militant, lequel a finalement rejoint la terre ferme sur les coups de 14 heures 30. Une fois redescendu, Abner Kongo s’est vu remettre un chèque de 80 euros par la section locale du PS. Par ailleurs, alors que le maire repproche une occupation "illicite" du local, ce dernier aurait promis de rendre les clés, abandonnant de fait, le référé déposé au tribunal administratif de Bordeaux.

Vidéo sur le même thème - Austisme : Une mère monte sur une grue à Toulouse 

Publicité
Publicité