La collision frontale entre un car et un camion a fait au moins 42 morts ce vendredi matin à Puisseguin, près de Libourne. Il s’agit du plus grave accident de la route survenu en France depuis 1982.

Une collision frontale entre les deux véhicules

Au moins 42 personnes sont décédées ce vendredi matin dans la collision d’un car et d’un camion à Puisseguin, une commune située à une quinzaine de kilomètres de Libourne en Gironde. Selon les premiers éléments recueillis, le car et le poids-lourd se sont rentrés dedans frontalement vers 7h30, à la sortie de la ville, au croisement de deux départementales, la D17 et la D123. A cause de la violence du choc, les deux véhicules se sont presque aussitôt embrasés.

 

 

D’après le bilan provisoire établi par les pompiers dépêchés sur place, sur les 42 personnes qui ont été tuées sur le coup, figurent les deux conducteurs. Quatre personnes ont par ailleurs été grièvement blessées : deux ont été brûlées, les deux autres souffrent de traumatismes crâniens importants. Toutes les quatre ont été transportées au CHU de Bordeaux. Le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Pierre-Henri Brandet par ailleurs annoncé que trois personnes s’en sont sorties "indemnes mais choquées".

 

 

En tout, plus de soixante soldats du feu ont été mobilisés pour venir à bout des flammes et porter secours aux victimes. Pour faire face au nombre de victimes et à l’urgence sanitaire, le gouvernement a déclenché le plan Orsec et mis en place un numéro vert (0800 009 763). Cet accident de la route est d’ores et déjà annoncé comme étant le plus meurtrier survenu en France depuis 1982. Ce triste record était jusqu'alors détenu par l’accident de Beaune, en Côte d’Or, et dans lequel 53 personnes dont 44 enfants avaient été tuées.

 

 

Les causes de la collision entre le car et le camion restent encore à déterminer. Mais selon le deuxième adjoint au maire de Puisseguin, Gérard Dupuy, le virage où elle a eu lieu était réputé pour être "dangereux". Sud-Ouest précise de son côté que les passagers du car étaient des personnes âgées de la région qui se rendaient dans le Béarn pour les vacances.